« 100 cerfs-volants pour la vie » l’opération se poursuit au Sénégal

Etape 2 : Formation des couturiers au Sénégal

La Bouvet Guyane est une course transatlantique à l’aviron et en solitaire entre le Sénégal et la Guyane dont le départ sera donné de Dakar fin janvier 2012.Bouvet-Rames-Guyane, depart de St Louis du Sénégal (2ème édition)@A.Cassim
Pour cette troisième édition la direction de course a décidé d’intégrer le cerf-volant dans les équipements imposés au rameurs. Il s’est avéré que lors de la dernière édition le cerf-volant a pu servir de moteur aux coureurs  épuisés.

De là est née cette belle idée de « cerfs-volants made in Sénégal »

Chaque année des centaines de marins périssent en mer suite à des pannes mécaniques.
Un cerf-volant à bord pourrait leur être salutaire.
Devant ce désastre humanitaire, les responsables des Menuiseries Bouvet ont décidé de financer la formation d’artisans couturiers sénégalais pour qu’ils apprennent à fabriquer par eux-mêmes des cerfs-volants de survie dynamique capables de sauver la vie de leurs compatriotes artisans pêcheurs.
PIROGUE ST-LOUIS-DU-SENEGAL @A.CASSIM
Pour organiser cette opération,  Stéphane Blanco, concepteur du type de cerf-volant adopté pour cette opération de survie, s’est rendu début février à Dakar pour y installer son atelier de confection dans les locaux de la Direction Régionale des Pêches et y accueillir plusieurs artisans couturiers locaux.

Des centaines de mètres carrés de tissus à voile et les milliers de mètres linéaires de cordage respectivement offerts par les Sociétés Bainbridge et Cousin.

Les couturiers sénégalais qui sont déjà très adroits, ont très vite assimilé ces nouvelles techniques d’assemblage et, en moins d’une semaine, plusieurs pirogues des ports de Hann et de N’Gor s’essayaient déjà à cette nouvelle forme de navigation « vélique » que permet un cerf-volant à suspente unique.

Au large de l’île de Gorée, les pêcheurs professionnels ont eu tout loisir de mesurer l’efficacité de ces nouveaux cerfs-volants « made in Sénégal » capables de tracter une pirogue de 12 mètres vers la côte à une vitesse moyenne de 3 à 4 nœuds sans le moindre effet de gîte bien que ce type d’embarcation soit pourtant particulièrement instable au niveau latéral.

Les pêcheurs ont également découvert que le cerf-volant pouvait leur permettre de réaliser de sérieuses économies de carburant quand ils naviguent à vitesse réduite, mais également qu’en cas de détresse, ce type d’aéronef aux couleurs vives établi à plusieurs dizaines de mètres de hauteur était pour eux le plus sûr moyen de donner l’alerte et de lutter efficacement contre une mort programmée.

Objectif : « 100 cerfs-volants pour la vie » et plus

Désormais parfaitement formés et compétents, les artisans couturiers ont maintenant pour mission de réaliser à titre probatoire une première série de « 100 cerfs-volants pour la vie » et, si l’expérience est concluante, les partenaires de la Bouvet Guyane s’efforceront de collecter l’ensemble des fournitures, c’est à dire 2 à 300 000 m2 de tissus à voile, un million de mètres de cordage à suspente, un grand nombre de bobines de fil à coudre, etc  qui seraient nécessaires à la fabrication d’un nombre de cerfs-volants suffisant pour équiper la majorité des pirogues de pêche du Sénégal.

Infos : www.bouvet-guyane.com

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire