17 maisons éclusières entament une seconde vie : appel à projets régional

Voir se développer de nouvelles activités touristiques ou culturelles, le long des canaux, dans les maisons éclusières de Bretagne, voilà l’ambition de la Région, propriétaire de ce patrimoine, avec l’appel à projets lancé l’été dernier. Un an après, 17 maisons ont trouvé leurs nouveaux occupants, porteurs de projets privés, associatifs ou publics. Retrouvez le dossier presse complet sur : www.bretagne.fr/espace-presse 

Lancé en juillet 2013, l’appel à projets concernait 23 maisons éclusières et de barragistes, 8 situées en bordure du canal d’Ille-et-Rance, 15 le long du canal de Nantes à Brest et2 du Blavet.

Un loyer annuel de 1500 € pour une maison et un terrain de 500 m2

Une maison d’artiste à Calorguen (22), une crêperie à Montreuil-sur-Ille (35), des toues cabanées à Hédé-Bazouges(35) ou encore une offre de loisirs autour de la pêche à Lochrist (56) : en contrepartie d’un projet de valorisation viable1, la Région met les lieux à disposition des porteurs de projets, sous le régime de la COT (Convention d’Occupation Temporaire). Établie pour une durée de 5 à 10 ans renouvelables, la COT inclut un loyer annuel incitatif de l’ordre de 1 500 € pour une maison de 100 m² habitable et un terrain de 1 000 m². A ce jour, 6 conventions ont déjà été signées.

Pour chaque site ouvert à l’appel à projets, la Région garantit la qualité de la toiture et des huisseries (le “clos couvert”) ainsi qu’un assainissement aux normes. Les porteurs gardent, pour leur part, à leur charge, l’ensemble des aménagements intérieurs et extérieurs des maisons qui, inhabitées depuis peu, sont globalement en bon état.

Hébergement, restauration, loisirs, produits locaux : tout est possible

A ce stade, 17 projets ont été retenus et sont en cours de réalisation (6 COT ont été signées) ou déjà lancés. Ils portent sur des activités d’hébergement (gîte d’étape, chambre d’hôte, refuge ou camping) pour 7 d’entre eux, d’animation (via des associations ou particuliers) pour 4 autres, de restauration (crêperie, salon de thé, vente à emporter de paniers pique-nique) pour 2 ou encore de vente de produits locaux, location de vélos…

Un appel à projets qui ne manque pas d »intérêt

L’initiative régionale a suscité un véritable engouement. Les 57 candidatures reçues (40 sur le Canal d’Ille-et-Rance, 17sur le canal de Nantes à Brest et le Blavet)témoignent une fois de plus de l’attachement des Bretons à ce patrimoine fluvial. La Région a même reçu jusqu’à 12 propositions pour la maison éclusière de l’Ille à Montreuil-sur-Ille !

Dix des maisons ouvertes à l’appel à projets, en moins bon état ou plus isolées, n’ont fait l’objet d’aucune candidature recevable. Elles ne seront pas délaissées pour autant car la Région envisage déjà un 2e appel à projets, axé davantage sur la navigation et la valorisation des voies d’eau. En revanche, la Région a reçu et validé des candidatures pour 4 maisons, situées le long du canal de Nantes à Brest, qui ne faisaient pas partie de l’appel à projets initial 2.

D’une manière générale, l’action régionale a été l’élément déclencheur permettant à des projets en maturation de se concrétiser. La Région apporte alors une impulsion et des conditions claires d’utilisation des lieux. C’est par exemple le cas des 2 projets le long des 11 écluses à Hédé-Bazouges et Monteuil-sur-Ille ou encore de 4 opérations d’envergure portées par les communes du pays de Pontivy. Elles vont réhabiliter
4 maisons éclusières en vue d’y implanter, un office de tourisme, un centre d’interprétation sur le barrage de Guerlédan et, pour deux d’entre elles, des hébergements de type refuge.

Certains porteurs de projets sont prêts à investir des budgets importants (jusqu’à 120 000 € pour une personne privée) pour rénover la maison éclusière et y développer des activités permettant de dégager des revenus suffisants pour vivre.

 1Les critères de sélection ont porté à part égale sur la pertinence de l’usage par rapport au site choisi, la qualité architecturale, la viabilité financière et la logique durable du projet.

4 candidatures proposées sur des maisons que la Région n’avait initialement pas prévu de faire figurer dans ce 1erappel à projets et qu’elle a finalement retenues : Rohan, Poulhibet et Quénécan à Mûr-de-Bretagne et Le Roch à St-Thuriau.

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire