700 hommes à la mer, La Bourgogne n’arrivera jamais à destination

Un récit à lire cet été sur les plages, celui de la tragédie de La Bourgogne, le navire de la Compagnie transatlantique, qui assurait les liaisons entre Le Havre et New-York.

Parti de New-York le 2 juillet 1898, avec à son bord 700 personnes issues de toutes classes sociales, des femmes, des enfants, des familles entières, des couples, des amis, des prêtres aussi et bien sûr l’équipage au grand complet , le transatlantique n’arrivera jamais à destination.

Ce roman détaille la vie à bord et nous immisce dans les 700 hommes à la merconversations, à la rencontre des voyageurs.
La narration est telle que nous nous imaginons dans le Grand Salon, lors du dîner, nous allons dans les chambres (où règne un mystère autour d’un collier de diamants qui ajoute au livre un aspect polar), nous visitons la salle des machines et assistons même à une bagarre dans le niveau réservé à la troisième classe.
Nous partageons avec les passagers les 44 heures qui précèdent le drame. De l’embarcation au moment du choc, nous vivons au rythme de la traversée, des festivités, des rires et des histoires de chacun.

Le compte à rebours a commencé, on ne peut plus « décrocher » de l’histoire. A l’heure du naufrage, là encore, Jean-Paul Bossuge nous fait partager le sentiment d’être le spectateur de la tragédie.
Quelques années plus tard le drame du Titanic éclipsera le triste épisode du Bourgogne, catastrophe aujourd’hui beaucoup moins médiatisée.

Une enquête judiciaire sera menée entre la France, les Etats-Unis et le Canada.

En 40 minutes, 535 personnes périront contre 165 rescapés dont… une seule femme et aucun enfant. Pourquoi?
Que s’est-il passé exactement?
Ouvrez le livre et entrez dans l’histoire.

« 700 hommes à la mer…  » de Jean-Paul Bossuge.
Préface de David FOENKINOS
Editions du ROCHER.

www.editionsdurocher.fr

Marie Gauvain pour Seableue

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire