Après le chavirage de ACCIONA 100% EcoPowered,Javier Sanso a été récupéré sain et sauf

Retour sur les faits par les infos  du PC course:

A 11h49, heure française,  dimanche 3 février, les deux balises de détresse d’ACCIONA 100% EcoPowered avaient  été déclenchées. Le bateau était alors positionné par 31° 59.00 N et 27 26.24  W, soit 500 milles à l’ouest de Madère et 360 milles dans le sud de Sao Miguel (Açores).

ACCIONAIl naviguait alors au près, dans un vent de nord-est de 15 nœuds environ. Quelques minutes avant le déclenchement de ces balises, tout allait bien à bord puisque Javier envoyait un mail pour nous relater ses conditions de navigation.

A 12h10, la Direction de Course était contactée par Ricardo Maldonado, team manager d’ACCIONA puis par le CROSS Gris Nez, les deux confirmant que les EPIRB (balises de détresse SARSAT COSPAS) du bateau avaient été déclenchées.

La Direction de Course, les MRCC de Ponta Delgada (Açores), le CROSS Gris Nez ont immédiatement tenté en vain d’entrer en contact avec Javier Sanso.

Le MRCC de Ponta Delgada ordonnait alors un survol par avion (un C295).
Arrivé sur zone à 17h30, l’équipage de l’avion constate les faits suivants : le skipper Javier Sanso est à bord de son radeau de survie, il fait des signaux à la main et des signaux de fumée (feux à main) à côté de son bateau chaviré.
A 17h50, le MRCC de Ponta Delgada confirmait cette information à la Direction de Course.

A 18h50, un hélicoptère (type EH101) a décollé de Tercera (Açores) pour organiser la récupération du skipper espagnol par hélitreuillage. Il devait arriver sur zone à 23h00 TU.Hélitreuillé dans la nuit de dimanche à lundit à 23h40, Bubi est arrivé sur l’île de Terceira aux Açores à 4h30 ce lundi matin.
Il a immédiatement été ausculté par un médecin dans l’hélicoptère qui n’a pas constaté d’hypothermie.
A la base militaire de Terceira, le navigateur espagnol a également été vu par des médecins. Javier Sanso a appelé à 5h30 la direction de course du Vendée Globe pour indiquer que tout allait bien.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire