Au nord il y a les « pif-paf », au sud « un champ de mine » : c’est la transat !!!

La flotte de la Transat AG2R LA MONDIALE menée au classement provisoire par  le tandem Nicolas Lunven/Eric Péron (Generali) poursuit son avancée vers  Saint-Barthélemy sous deux régimes encore bien différents. Les Sudistes,  poussés par un  alizé fort et instable, engrangent les milles (254 milles  parcourus depuis hier matin pour Generali), tandis les Nordistes avancent presque  deux fois moins vite et tentent de rejoindre à coups d’empannages un vent de nord-est  plus soutenu.

Au Nord, c’est   « Pif-paf » selon Jean Le Cam

Jean Lecam photo embarquée

« Nous n’avons  pas arrêté de faire des petits empannages, c’est ce qu’on appelle un «   pif-paf ». Nous empannons, ré-empannons pour éviter les grains »   expliquait Jean Le Cam sur Interface Concept ce matin. Les quatre mousquetaires  du Nord continuent de ronger leur frein dans des conditions météo très  instables. Ils voient leurs camarades du Sud prendre la poudre d’escampette.  Made in Midi, le premier du groupe, n’a avalé que 152 milles en 24 heures,  contre 254 pour Generali. L’écart va continuer de se creuser car les alizés  toniques ne sont pas encore pour aujourd’hui pour les gars du ch’nord.

Au sud !!!

« Je vous  déconseille un voyage en amoureux dans les alizés, ce serait un motif de  rupture ! » écrivait Martin Le Pape cette nuit dans un message reçu  au PC Course.
L’ambiance à bord des 9 équipages de la route sud n’a rien d’une promenade de santé.
Les marins sont en cirés, surfent sur de gros talus  presque aussi grands que des immeubles, dorment peu, voire pas du tout, à  l’image de Gérald Véniard sur Scutum :
« C’est un champ de mines  ici, on ne voit rien du tout car il n’y pas de lune, nous nous relayons toutes  les heures, car au bout d’un moment on ne voit plus rien, je suis un peu  naze ».
Sous petit spi, les Figaro Bénéteau 2 progressent à vive allure  vers l’arc antillais.
Dans les surfs, les équipages se sont offerts des  pointes à 20 nœuds, de quoi affoler les compteurs.
Generali en tête du  classement provisoire de 5h ce matin poursuit sa trajectoire proche de la  route directe. L’équipage reste hyper confiant : « Cela va rester  comme ça pendant deux jours, après il y aura des coups à jouer » avouait  Eric Péron à la vacation. Safran-Guy Cotten et Skipper Macif en pointe de la  flotte sudiste affichent tous deux une trajectoire parfaite depuis plusieurs  jours. Les bougres ne lâchent rien. Mais comment font-ils pour être dessus  H24 ?

Sur le site internet de la  course : http://transat.ag2rlamondiale.fr/

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.