Bataille navale de Grand Port à l’Ile Maurice

Dessin des enfants des écoles pour le bicentenaire de la bataille de Grand Port« Enough is enough »

Les attaques des corsaires dont faisait partie le célèbre Surcouf, affaiblissaient dans cette zone maritime le commerce britannique avec l’Inde. Et il était urgent de faire barrage à ces marins mandatés par les lettres de Course signées par la France sous l’Empire de Napoléon.

Les  flottes en présence.

Le 20 juillet 1810 le Commandant Willoughby  aux commandes de la Néréïde quittait le premier l’Ile Bourbon et mettait le cap sur l’Ile de la Passe, point stratégique à l’entrée de Grand Port sur la côte Est de l’Ile de France.

Il fut rejoint par le Sirius commandé par le Capitaine Samuel Pym, l’Iphigénie par Henry Lambert et le Stauch par Benjamin Street avant que n’intervienne la Magicienne.

Face à ces vaisseaux de la Royale Navy  les bâtiments  battant pavillon français de l’escadre du capitaine Duperré qui était lui-même aux commandes de la corvette Victor, la Bellone, la  Minerve ainsi que le Windham et le Ceylan capturés aux Comores, et le Vénus commandé par le baron Jacques Félix  Hamelin .

Un combat naval sur fond de supercherie.

A l’entrée de la baie, l’Ile de la Passe « l’Etoile et la Clef de la Mer »qu’il faudra prendre aux français.

Le 10 août à la marée noire deux chaloupes composés d’anglais et de sipaï (indiens originaires de l’Inde ) échouent lors d’une première tentative de débarquement sur l’Ile de la Passe

Le 13 lors d’une deuxième tentative, cette fois à la rame, les hommes arriveront à débarquer sur l’ile et surprendront la garnison française encore endormie.

Le 14 août l’Union Jack flottera sur l’Ile de la Passe.

« Nous venons en amis, vous n’avez plus rien à attendre de Napoléon » Sur ces mots et pour berner ses ennemis Willoughby va hisser le pavillon français sur son navire la Néréïde, puis sur l’Ile de la Passe, utilisant le code français pour diffuser ses signaux. Ce qui dans un premier temps trompera son adversaire.

4 navires français arrivent tout de même à franchir la passe et vont se blottir au fond de la baie.

Mais combat menant, les nuits noires, les courants la stratégie du Commandant Bouvet et les hauts fonds sur lesquels les bateaux vont s’échouer mèneront la flotte anglaise à capituler.
La Néréide coulera par le fond, et le Commandant Willoughby perdra son œil lors de cette fatale canonnade.

La Diligente , La Magicienne (le 24 août) et le Sirius (le 25) se feront  alors sabordés par leur propre équipage .

Seule, l’Iphigénie  ne pourra pas continuer la bataille navale.

Les bateaux français vont alors pouvoir sortir du fond de la passe d’où était dirigée cette bataille navale.
La reddition de l’armée anglaise sera signée le 28 août 1810.

Une bataille de perdue, mais pas la victoire.

Le Commandant  Willoughby (1777-1849)

Sir Nesbit Josiah Willoughby, vaincu lors de la bataille de Grand Port (23-27 août 1810)où il perdit son œil. Il fut soigné côte à côte avec son adversé français l' Amiral Duperré dans la maison du colon de Robillard devenue depuis août 2000 Musée d'Histoire National (Mahébourg, Ile Maurice)

Après cette défaite navale, 10 000 hommes embarqués sur une soixantaine de chaloupes venus de l’Ile Rodrigues déjà sous le contrôle des anglais, débarqueront à Cap malheureux au Nord de d’Ile empruntant un sentier dans les bois surnommé « le chemin 20 pieds »

Le gouverneur Decaen qui ne dispose que de 4000 hommes, proposera aux anglais une capitulation à la date du 5 décembre 1810.

Un peu plus de 3 mois plus tard l’Isle de France reprendra le nom de l’Ile Maurice du nom du hollandais Maurice de Nassau – le stadhouder des Hollandais qui avait occupé l’ile au XVIème siècle après sa découverte en 1505 par les portugais.

Une population métissée qui s’exprime en anglais, langue officielle, en créole mauricien, mais qui a conservé la langue du cœur la langue française.

Si la population n’a pas été très au fait de cette commémoration, on l’a retrouvée nombreuse au village historique de Pointe Canon à la découverte de son passé à travers une exposition fort intéressante sur la colonisation de cette petite Ile de l’océan Indien.
Au programme de ces manifestations qui ont couvert cette Ile pendant un mois aux dates respectives de l’histoire, des concerts, des spectacles pyrotechniques et des régates de pirogues traditionnelles.

Une bataille inscrite sur l’Arc de Triomphe à Paris.

Gageons que les anglais feront aussi bien le 5 décembre 2010, date anniversaire de la capitulation par le  Gouverneur Charles Decaen.

On parle de la venue de la princesse Anne dans cette colonie qui fut pendant plus d’un siècle sous le règne de la couronne britannique.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire