Beaux sauvetages du côté du Pacifique

Les miraculés de la mer :  des adolescents perdus en mer et retrouvés vivants 6 semaines plus tard, et  un poti marara et son pêcheur récupérés par le Gardian de la Marine nationale.

Source Tahiti Infos vendredi 26 novembre.
Trois adolescents portés disparus depuis le 5 octobre 2010 au large des côtes de Tokelau ont été miraculeusement retrouvés vivants en milieu de semaine à l’Est des côtes fidjiennes par un thonier néo-zélandais, après une dérive de cinquante jours et un parcours de quelque douze cent kilomètres.
Les trois disparus, dont deux sont âgés de quinze ans et le troisième de quatorze, avaient pris la mer à bord d’une petite embarcation en aluminium, mais dont le moteur ne fonctionnait pas.

Soleil-noir-Polynesie @a.cassimIls avaient fait l’objet d’intensives recherches quelques jours après l’alerte donnée par les autorités de leur pays, qui avaient fait appel au pays de tutelle de Tokelau, la Nouvelle-Zélande.

Dans les jours qui avaient suivi, le centre néo-zélandais de secours en mer avait déployé sur zone un de ses Orion militaires, qui avait effectué une série de survols, en supplément des patrouilleurs locaux.

Mais ces recherches n’avaient pas permis de localiser les disparus.

À l’issue de trois jours de recherches, les autorités néo-zélandaises, estimant très minimes les chances de retrouver quiconque vivant dans cet énorme périmètre (environ vingt cinq mille kilomètres carrés), avaient décidé de suspendre leurs efforts.

À Tokelau, les familles s’étaient résignées et avaient depuis organisé des services religieux en mémoire des trois jeunes hommes, Samuel Perez, Filo Filo (15 ans) et Edward Nasau (14 ans).

En milieu de semaine, alors qu’il se trouvait au Nord-est de Fidji, non loin de Wallis-et-Futuna, le thonier néo-zélandais San Nikunau, qui croisait dans les parages, a repéré la coque et ensuite vu les trois occupants s’agiter pour attirer l’attention.

Ils ont été recueillis à bord dans un état de santé « relativement bon », a précisé l’un des membres d’équipage, Tai Fredricsen lors de conversations radio avec la terre pour annoncer le sauvetage inespéré.Ils ont indiqué avoir survécu en buvant de l’eau de pluie, parfois de l’eau de mer, et en mangeant des poissons crus et, à une occasion, en se partageant une mouette.

Les premiers soins prodigués à bord ont surtout concerné les brûlures dues au soleil.« On leur a donné des crèmes pour soulager la douleur, mais c’est à peu près tout », a précisé le matelot.Le thonier devait toucher le port de Suva en fin de semaine, où les trois miraculés seront débarqués pour être examinés à l’hôpital local.
http://www.lesnouvelles.pf/article/ca-fait-la-une/ils-survivent-a-50-jours-de-derive-en-mer

Autre sauvetage

Le mercredi 24 novembre 2010,  Mahina radio informe le centre de recherche et de sauvetage en mer, MRCC Papeete, de la réception d’un message radio brouillé provenant d’une embarcation se signalant en panne moteur à l’ouest de l’île de Ua- Pou. La communication ne permet pas d’identifier le navire.

Aussitôt le MRCC Papeete diligente une enquête dans l’archipel des Marquises pour connaître le type d’embarcation et le nombre de personnes embarquées.

L’enquête effectuée par la gendarmerie permet d’identifier un habitant de Ua-Pou parti pêcher à bord de son poti-marara et absent de son domicile.

Des proches du disparu s’organisent et appareillent en fin de matinée pour tenter de le retrouver. Ils contactent le MRCC vers 20h00 et indiquent ne pas avoir retrouvé la personne recherchée.Marine Nationale -sauvetage

Le MRCC Papeete prépare immédiatement une mission pour l’avion Gardian de la Marine Nationale.

L’aéronef décolle le 25 novembre à 00h30 et réussit à relocaliser le navire recherché à 02h35. Le Poti marara se trouve à 50 nautiques dans l’ouest de Ua-Pou. Des contacts radio sont établis entre l’avion et le naufragé, sain et sauf. Un nouveau repositionnement du navire est effectué à 05h30.

Parallèlement le Tavana de Ua-Pou sollicite la présidence du pays pour obtenir le navire Tahiti Nui 7 de la flottille administrative.

Placé sous la direction du MRCC Papeete, ce navire doté de moyens de télécommunications modernes appareille de Nuku Hiva à 09h40 .

A 12H45, une nouvelle mission du Gardian est effectuée pour permettre de guider le Tahiti nui 7 vers le poti marara qui continue de dériver et dont le propriétaire commence à manquer d’eau.

A 14h30, le Gardian localise le poti marara et guide le Tahiti Nui 7 vers ce dernier. A 15h15, le Tahiti Nui 7 récupère le naufragé et prend en remorque le poti marara et fait route vers Ua-Pou.

Un communiqué du MRCC

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire