Camper remporte la régate « in-port » en NZ et bonne opération pour Groupama4

En prenant la troisième place de la régate « in-port » courue devant le port d’Auckland, Groupama 4 confirme sa position de dauphin au classement général, et grappille trois points importants sur le leader espagnol qui termine lanterne rouge en Nouvelle-Zélande.
La prochaine étape vers le Brésil est attendue avec impatience par tous les équipages… Départ dimanche à 02h (heure française) 

VOR Régate In-Port en NZ-Photo Ian RomanEn organisant la régate « In-Port » devant les quais d’Auckland, le Comité de Course a offert un superbe spectacle aux milliers de supporters néo-zélandais. Après une heure de course, ils ont pu féliciter leur team, Camper, remportant sa première victoire, à domicile !

Retour sur la scène de la régate :
(à visionner)

Pour Franck Cammas et ses hommes, le départ s’est avéré difficile lorsque Telefonica s’est glissé sous son vent juste avant le coup de canon.
Groupama 4 prenait alors rapidement l’initiative de virer de bord vers les quais de containers pour se dégager.
Le coup tactique était payant puisque, en compagnie des néo-Zélandais et des Chinois, les trois bateaux bénéficiaient d’une bascule de vent favorable.
A la première marque de ce parcours d’une douzaine de milles, le voilier français enroulait la bouée à peine vingt minutes après le départ, dans le sillage de Camper.

Dans leurs eaux et devant leur public, les Kiwis ne pouvaient pas flancher.
Camper glissait rapidement sous spinnaker vers le pont d’Auckland où la brise d’une quinzaine de noeuds d’Est mollissait progressivement.
A l’affalage, un regroupement général se produisait. Si le voilier néo-zélandais maintenait son leadership, il n’avait qu’une quarantaine de secondes d’avance sur Groupama 4, lui-même sous la pression des Américains… La remontée contre le vent dans le chenal du port était l’occasion d’un beau duel entre Franck Cammas et Ken Read, ce dernier arrivant à couvrir le voilier français, victime d’une panne momentanée du système hydraulique de quille.

Sous les yeux de plusieurs milliers de spectateurs massés sur les quais, Groupama 4 se voyait alors contraint d’enchaîner deux manœuvres pour se dégager. Les néo-Zélandais pouvaient envoyer leur spinnaker une deuxième fois sans être inquiétés, suivis par les Américains à une minute et les Français quelques longueurs derrière.
La surprise venait du bateau chinois qui, avec son skipper kiwi Mike Sanderson, connaissait aussi très bien les spécificités du plan d’eau : Sanya prenait la quatrième place alors que Abu Dhabi, malgré une manœuvre de spinnaker ratée, arrivait à devancer les Espagnols.

Cette contre-performance de Telefonica permet donc à Groupama 4 de revenir à seulement quinze points des Ibères, tout en conservant trois points d’avance sur les néo-Zélandais au classement général.

L’avis de Franck Cammas, skipper de Groupama 4:

« Ce fut une très belle régate. Un podium en In-Port, cela ne nous arrive pas souvent. C’est d’autant mieux que Telefonica termine dernier. Mais nous ne sommes pas encore à notre meilleur niveau pour naviguer suffisamment sereinement. Ce type de course est très disputé et la moindre erreur coûte très cher ».

Une bonne opération  pour l’équipage de Groupama 4 à la veille de la plus longue étape de la Volvo Ocean Race (6 705 milles) dont le départ sera donné dimanche à 14h locale (2h, heure française) pour Itajaï (Brésil), via le cap Horn. Avec pour commencer, deux premières journées de mer qui s’annoncent très difficiles.

L’avis de Franck Cammas sur cette  cinquième étape :

« Dans ces conditions qui s’annoncent dures, on est plus focalisé sur la gestion des éléments que sur la course elle-même : il faut passer en toute sécurité les pires moments qui peuvent être très longs, et même durer après le cap Horn ! Il faut toujours rester sous la limite de capacité du bateau et de l’équipage, ce qui n’est pas évident. C’est au skipper de donner la ligne de conduite pour éviter les accidents. Les équipiers et particulièrement ceux de l’avant sont extrêmement exposés : il y a toujours le risque de tomber à l’eau et dans ce cas, il n’y a pas beaucoup de chance de le récupérer en bonne santé ».

Le cap Horn, sera un peu la délivrance comme l’ajoute Franck :
 » Pour cette 5ème étape sont  prévus 17 à 18 jours de mer.
Bien que ce soit la plus longue étape de cette Volvo Ocean Race, cela devrait aller assez vite jusqu’au cap Horn, même si les premiers jours doivent s’effectuer contre le vent.
Après, il y aura de la brise, des vagues et du froid ! Tout le monde a ses chances, en particulier Abu Dhabi, que nous n’avons pas vu encore dans ces conditions de vent portant.

L’équipage aurait aimé avoir un peu plus de temps pour rentrer dans cette étape plus doucement : nous n’avons eu que quelques jours à Auckland et nous n’avons pas récupéré totalement de l’étape 4. Nous partirons donc un peu fatigués, mais les autres teams aussi… »
www.volvooceanrace.com

Classement de la régate « in-port » à Auckland
1-Camper (1h 00′ 38) = 6 points
2-Puma (54 ») = 5 points
3-Groupama 4 (1’26) = 4 points
4-Sanya (2’20) = 3 points
5-Abu Dhabi (2’52) = 2 points
6-Telefonica (3’27) = 1 point

Classement général après quatre étapes océaniques et cinq régates « in-port »
1-Telefonica (Iker Martinez) : 122 points
2-Groupama 4 (Franck Cammas) :  107 points
3-Camper (Chris Nicholson) : 104 points
4-Puma (Ken Read) : 83 points
5-Abu Dhabi (Ian Walker) : 55 points
6-Sanya (Mike Sanderson) :  25 points

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire