Dans le vent du Tour de la Martinique à la Voile 2014

Il était environ 12H30, lorsque le catamaran Black and White, skippé par Yannick Tursi, arrivait dans la baie de St Pierre.
Parti du Robert de l’autre côté de l’Ile il avait accompagné les voiliers du Tour de la Martinique à la Voile sur la ligne du départ de la 2ème étape de cette course, avant de venir nous rejoindre à St Pierre.
Black and White

De notre côté nous avions quitté, dans la matinée, le Club Nautique du Lamentin (point de bouclage de la course), situé sur la côte ouest de l’Ile, et nous attendions, avec une certaine impatience, cet immense catamaran affrété par le sponsor de l’évènement « Pétroservices » …et à bord duquel nous aurons le plaisir de suivre les derniers milles de la deuxième étape.

L’embarquement a été joyeux au bout du ponton de St Pierre qui avait été surnommée le « Petit Paris » avant l’éruption de la Montagne Pelée le 8 mai 1902 .
Le grand catamaran, un « Tahiti 75 » du chantier Fountaine-Pajot, ne pouvant accoster le long de l’unique et principal ponton de la ville, c’est en annexe que le transbordement eut lieu.

Nous étions une quinzaine pour ne citer que Franck Dupont, le président de Pétroservices, accompagné de son épouse, ainsi que des membres de sa société basée depuis 2013 à la Martinique.

Le temps était superbe et la Montagne Pelée du haut de ses 1400 mètres jouait à cache cache dans un train de brume avec un soleil pourtant très généreux. Ainsi va le temps sous les tropiques..

Rémy le bosco du bord, habitué à gérer les touristes, était très à l’écoute de ses passagers – à noter que le repas aux saveurs antillaises préparé par l’équipage a connu un grand succès …

Mais pour l’instant nous mettions le cap vers la tête de la course. Les premiers déjà avaient passé le Cap St Martin au nord de l’Ile.

Entre parenthèse un moment d’émotion

Il était émouvant de penser, pendant quelques minutes, que l’on naviguait au dessus d’une forêt de navires, victimes du nuage de cendres incandescentes, qui a aussi coulé le » Tamaya » qui est à plus de 60m de fond, encore droit et fier posé comme invincible sur ce sanctuaire de sable noir dans la baie de St Pierre.
Seul miraculé de cette éruption de la Montagne Pelée, le Bélem, qui avait, peu avant ce drame, abandonné son mouillage, et à terre, un seul survivant, le prisonnier Cyparis, protégé par les murs très épais de son étroite cellule.

Voiles en vue
Le vent était d’ E/NE et on filait à 20/25 N sur une mer d’un bleu profond car tout au bout de l’Ile, les premières voiles faisaient leur apparition.
Sur les 25 bateaux prévus au départ seuls 23 avaient pu continuer leur route … Des ennuis techniques et même un démâtage, celui de Digilife, les avaient contraints à abandonner la course.
Difficile de loin de déterminer les premiers, mais dans le groupe de tête, « Hallucine » le Melges 24 de Régis Guillemot, et celui de son concurrent direct GFA Caraïbes, skippé par Nicolas Gillet, tous deux assistés d’un équipage de bon niveau.

A chacun sa route, mais les plus habiles ont louvoyé tout au long de la côte, afin d’essayer d’éviter des zones de dévente au pied de la Montagne pelée, et de s’extirper de la baie de St-Pierre en se laissant pousser sous spi par un vent au portant.

De jolis  » runs  » ont réjoui les marins fatigués par l’étape précédente et la soirée festive de remise des prix de la première étape à la Pointe des Ecuries au Robert; car si cette deuxième étape Robert/Lamentin est dans le sens du vent, la première n’aura pas été de tout repos, car, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, pas facile de remonter le temps et le vent !

Une arrivée tranquille

A quelques encablures de la ligne d’arrivée mouillée dans la Baie de Fort de France (baie entrée en 2011 dans le cercle fermé des 29 plus belles baies du monde), juste en face de la Pointe du Bout, le vent a été un peu plus soutenu.
Mais sans lâcher la barre et à tous prix, les premiers ont pu franchir la ligne, heureux d’avoir participé à cette course autour de l’île et devenue légendaire, car déjà 20 ans aujourd’hui.

Un duel de haut niveau
La lutte pour la victoire sera serrée, sur ces deux jours de course.
Dans la catégorie racing, les deux skippers, Régis Guillemot et Nicolas Gillet signeront chacun une étape, mais seules 2 petites minutes grappillées par Hallucine offrira à cet équipage et à son skipper Régis Guillemot la victoire finale en Melges 24 dans ce Tour de la Martinique à la voile 2014.
Bon joueur Nicolas Gillet qui croyait à la victoire au général a dû s’incliner
Ecoutez sa réaction au micro de seableue:


De St-Pierre au Lamentin
Quant aux passagers-spectateurs de la course, cette grande navigation programmée pour suivre une partie de la deuxième étape, a été l’occasion de découvrir cette frange Ouest de la Martinique, très verte en ce moment, bordée à certains endroits de quelques plages de sable volcanique (il y a plus de 200 variétés de sables dans l’ile) dont celle noire de St Pierre ou celle du Carbet, et de longer cette côte montagneuse, où se nichent de superbes maisons semblant parfois suspendues dans le vide.
Se succèdent des villages, entre terre et mer, telle Bellefontaine, et sa centrale électrique, puis Case Pilote petit village de pêcheurs très vivant et très imprégné par ses traditions, puis Schoelcher, devenue la banlieue chic et très prisée de tous ceux qui travaillent dans la capitale, attrayante par sa petite plage, et aussi dotée d’un Club Nautique très actif.
Puis nous longerons la capitale, Fort de France, ses constructions modernes, au fond les clochers de la Cathédrale St Louis (19em siècle), le « malecon », grande promenade en bord de mer, doté de pontons pour des voiliers de passage et pour les traversiers.
Fort de France qui a aussi sa gare maritime pouvant accueillir les milliers de passagers des grands paquebots de croisières.
Puis nous laisserons à bâbord le Fort St Louis .. et le port de commerce.

Après avoir découvert toute cette zone, Black and White est resté près de la ligne d’arrivée avant de débarquer ses passagers au Club Nautique du Lamentin… un club très abrité, construit au bord d’une mangrove et qui propose de nombreuses compétitions de voiles, dont le Tour de la Martinique, qui a été confié pour son organisation à l’Association Ven Dan Vwèl 972.
Jean-Michel Figueres

Jean-Michel Figuéres, le président du Club Nautique du Lamentin très satisfait, s’est confié au micro de Seableue :

 

 

 

 

 

 

 

Du nouveau pour 2015 :
L’année prochaine les concurrents du Tour de la Martinique à la Voile et ceux de la Transquadra se retrouveront pour une arrivée commune.
Cela s’annonce passionnant.

Copyright des photos Alain Cassim alain.cassim@gmail.com
Pour d’autres infos :
http://www.seableue.fr/regis-guillemot-vainqueur-de-ledition-2014-du-tour-de-martinique-a-la-voile/

 

 

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire