Depuis 40 jours, seul en mer !!!

 12000 km d’écart entre Armel Le Cléac’h et Sébastien Destremau
– Malgré les galères, le bonheur d’être en mer
– Grand-voile déchirée pour Fabrice Amedeo
– Coup dur pour Hugo Boss qui voit s’échapper Banque Populaire VIII à près de 400 milles de son étrave
– Retrouvez en fin de communiqué la liste des skippers appelés en vacation demain
Tandis que l’homme de tête, Armel Le Cléac’h se rapproche du cap Horn qu’il devrait atteindre dans six jours environ (probablement dans la nuit du 22 au 23 décembre), Sébastien Destremau, lui, ferme la marche à près de 12 000 km de Banque Populaire VIII ! C’est dire si la route est encore bien longue sur ce 8e Vendée Globe pour ceux qui n’ont pas encore débordé l’archipel des Kerguelen… En ce quarantième jour de course, alors que les fêtes de Noël se préparent à terre, en mer, les 22 marins se satisfont de petits bonheurs : un café chaud, un rayon de soleil, la visite d’un albatros, une réparation réussie. Et pour tout l’or du monde, ils ne changeraient rien à leur quotidien.
« C’est extraordinaire d’être là et d’apprendre des choses sur soi. C’est un beau cadeau, c’est ce que je suis venu chercher. Je suis déjà super heureux de mon Vendée Globe. » racontait Eric Bellion (CommeUnSeulHomme), 18e, à la vacation ce matin. Et pourtant… combien de galères, combien de stress dans ce morne horizon du grand Sud ! Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean), 22e, ruse plusieurs fois par jour pour mettre en route son moteur source d’énergie, Eric Bellion vient de passer une nuit épouvantable par 60 nœuds de vent dans des vagues hautes comme des immeubles à réparer un de ses hydro générateurs, Romain Attanasio, 21e, depuis son stop à Simon’s Bay, prie pour que ses safrans tiennent la route… jusqu’aux Sables d’Olonne. Malgré tout, le bonheur est là : « Je suis un miraculé. Il y a une semaine j’étais au fond du trou. Etre à nouveau en course, c’est top ! » confiait Romain ce midi au Vendée Live.

Entre compétition et bricolage
Pieter Heerema (No Way Back), 19e, sur son foiler qu’il découvre chaque jour, commence à reprendre confiance. Ses problèmes de pilotes automatiques et les trous dans sa grand-voile l’ont fait douter sur sa capacité à continuer la longue route. Maintes fois, il a pensé jeter l’éponge. Désormais Pieter est en grande forme ! Ca se passe comme ça sur un Vendée Globe. Les skippers ont rêvé de ce tour du monde en solitaire, même si, seul en mer, isolé de tout, il y a quelque chose d’inhumain.

« Devant la puissance des océans nous ne sommes que des Playmobils sur un bout de carbone flottant » résume parfaitement Alan Roura (La Fabrique), 16e au classement. Que dire de Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut), 14e, qui a subi cet après-midi une avarie de grand-voile suite aux grosses conditions rencontrées ces dernières heures !
Bilan : grand-voile déchirée sur 3 mètres. La compétition est souvent mise de côté pour sauvegarder les bateaux.

Ne présager de rien, même en tête de flotte
« C’est un peu frustrant ce Pacifique après une traversée rapide de l’Indien. Je progresse actuellement au près et je n’ai rien pour m’empêcher de dériver. C’est frustrant, mais cela pourrait être pire. » Alex Thomson, 2eme sur Hugo Boss à presque 400 milles d’Armel, vit des heures pénibles, mais reste philosophe. Pénalisé par son foil tribord cassé, il peine encore dans les petits airs. Rageant quand on a mené la course 13 jours et quinze heures durant (12 au 26 novembre) ! N’empêche, même le plus expérimenté des compétiteurs, comme Jérémie Beyou (Maître CoQ), 3e, sait bien que personne n’est à l’abri d’une avarie. « Chaque problème résolu est une petite victoire. Etre troisième, c’est le résultat de plein de petites victoires. Avec tout ça, j’étais quand même à deux doigts de l’abandon définitif. »

Les messages du bord

Alan Roura, La Fabrique
« J’ai quand même pu trouver cinq minutes ce matin pour me faire un café, ça faisait deux jours que je ne pouvais plus rien faire à l’intérieur. Je mange froid, je ne me lave pas les dents de peur de m’en péter une sur un saut de vague. J’ai mal au crâne à cause de la fatigue et des chocs du bateau. Les images ne donnent rien, j’aurais vraiment aimé vous montrer ce moment : la puissance de l’océan, que nous ne sommes vraiment que des Playmobil sur un bout de carbone flottant. »

Fabrice Amédéo, Newrest-Matmut
« J’ai eu jusqu’à 50 nœuds cette nuit avec une mer très forte. Quand le vent a commencé à flirter avec les 45 nœuds, j’ai voulu passer sous J3 et affaler la grand-voile. Dans la manœuvre, une poche d’eau s’est formée et la voile est venue frotter contre le roof. Elle s’est déchirée sur trois mètres, de haut en bas. Je vais me traîner un peu pendant quelques jours, jusqu’à ce que les conditions se calment et que je puisse intervenir. C’est un peu frustrant de voir que les milles ne défilent pas très vite ».

CLASSEMENT DE 15H00
…………………………………………………………………………
Cartographie et classements quotidiens (6 classements par jour – heure française)
05H / 09H / 12H / 15H / 18H / 22H
> Retrouvez l’intégralité du classement ici
EXTRAITS DES VACATIONS DU JOUR 
…………………………………………………………………………
Eric Bellion, CommeUnseulHomme
« Ca a été une des pires nuits de ma vie de marin. J’ai eu jusqu’à 60 nœuds de vent et une mer vraiment grosse. J’ai eu des problèmes avec mon moteur qui ne voulait pas démarrer, je n’avais quasiment plus d’énergie. Je me suis battu toute la nuit parce qu’il avait désamorcé. C’était assez épique. Il y a une belle vague qui m’a couché aussi. Je suis content d’être allé chercher cette dépression. J’avais besoin de me rassurer, de savoir que moi et le bateau on pouvait faire ça. »

Romain Attanasio, Famille Mary-Etamine du Lys
« C’est tellement vertigineux cette course qu’il faut prendre les choses une par une. Il faut avancer petit à petit. C’est dur cette course. Tout peut arriver à chaque instant. Là je peux taper un truc en face de moi, c’est la vie. Je suis plus stressé qu’avant. Ce qui me freine, c’est le safran qui est coupé à moitié. Côté tribord j’ai le délaminage donc je ne veux pas que le bateau tape trop fort. Mais le bateau se comporte quand même très bien. »

Jérémie Beyou, Maître CoQ
« Paul (Meilhat) navigue bien depuis le début de la course. Je ne suis pas content d’être troisième mais plutôt d’avoir repris les 250 milles que j’avais perdu avec mes problèmes de hook. C’est fait, c’est une bonne nouvelle. La troisième place est anecdotique, car on est très proches l’un de l’autre. Chaque problème résolu est une petite victoire. Etre troisième, c’est le résultat de plein de petites victoires. Avec tout ça, j’étais quand même à deux doigts de l’abandon définitif. Le moral est bon. Je suis toujours en course. Je vis avec mes soucis. On est sorti en un seul morceau de la dépression sous la Nouvelle-Zélande. »

VACATIONS RADIO
…………………………………………………………………………
> Retrouvez l’intégralité des vacations ici
 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire