Dernière étape de la Solitaire du Figaro EC – conditions musclées en mer d’Iroise

C’est reparti pour un dernier run ! Roscoff- Dieppe
Les 40 bateaux de la Solitaire du Figaro Eric Bompart ont quitté Roscoff le jeudi 20 – et ont laissé leur empreinte dans ce tout nouveau port qui s’est réjoui d’accueillir en première, un compétition de telle renommée.

Ce matin c’est Yann Eliès (Groupe Quéguiner – Leucémie Espoir) qui mène le bal après une nuit passée à tirer des bords au près dans un vent d’ouest-sud-ouest faible à modéré et une vraie purée de pois.
Le passage à Ouessant à contre courant a été l’épisode important de la nuit.
Deux marins en ont fait les frais : Claire Pruvot (Port de Caen Ouistreham) et Jean-Paul Mouren (Groupe SNEF), relégués à plus de 15 milles de la tête de course.
Mais ils ne sont peut-être pas les plus malheureux ce vendredi matin puisque deux abandons sont à déplorer : celui de Joan Ahrweiller (Région Basse Normandie) sur casse matérielle et celui de Yannig Livory (Thermacote France) pour raison médicale. Le reste de la flotte, très groupé, fait route sous spi vers le chenal du Four.

Depart de la 4eme etape de a Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire 2013 entre Roscoff et Dieppe - Roscoff le 20/06/2013 Photo A.Courcoux

Depart de la 4eme etape de a Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire 2013 entre Roscoff et Dieppe – Roscoff le 20/06/2013 Photo A.Courcoux

Mais ils ne sont plus que 38 en course avec les abandons successifs hier soir de Joan Ahrweiller (Région Basse Normandie) et Yannig Livory (Thermacote France).

Le premier, victime d’une avarie de bôme et de gréement (hauban endommagé) s’est dérouté vers Cherbourg.
Le deuxième s’est arrêté à l’Aber Wrac’h où il a été emmené au CHU de Brest pour subir des examens.
Décision prise par le médecin de la course Jean-Yves Chauve, après que Yannig ait déclaré souffrir de troubles de la vision.

Pour les autres, la course continue et c’est désormais au portant qu’elle se joue, en direction du chenal du Four.

Les durs à cuire en force

Au petit matin, la flotte, a enroulé la chaussée de Sein et les spis ont été déployés dans le brouillard épais. « Je commence à peine à voir l’avant de mon bateau » nous indiquait Julien Villion (Seixo Habitat) à la vacation du matin.
Cette première nuit en mer a été très humide. A bord des bateaux, tout est trempé de pluie, de bruine et de brume. Il fallait pourtant garder l’esprit clair et les idées bien dégagées pour aborder vers minuit le contournement de l’île de Ouessant (à bâbord) dans un vent faible et à contre courant.

La flotte s’est scindée en deux camps : un groupe au large et un groupe à terre. Mais les deux options ont accouché d’un match nul à la Chaussée de Sein.
Partisan du large, Yann Eliès (Groupe Quéguiner Leucémie Espoir) enroulait le premier la marque, ce matin peu avant 5 heures, et envoyait dans la foulée son grand spinnaker pour amorcer un véritable virage en tête d’épingle en mer d’Iroise. Yann était suivi de très près par Gildas Morvan (Cercle Vert), Morgan Lagravière (Vendée), Julien Villion (Seixo Habitat), Alexis Loison (Groupe Fiva), Frédéric Duthil (Sepalumic), Xavier Macaire (Skipper Hérault) ou encore Yoann Richomme (DLBC).

En bref, les gros bras du classement général sont au rendez-vous en ce début de quatrième étape. Mais la flotte, qui fait désormais route sur un bord vers le Four est encore très groupée : 50% en moins de 3 milles.

Au programme de la journée : un renforcement progressif du vent de secteur ouest et une traversée de la Manche, dès cet après-midi, en direction du phare Wolf Rock.

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire