Dernière ligne droite pour le Mirabaud avant le départ de la Transat Jacques Vabre

A trois jours du départ de la Transat Jacques Vabre (dimanche à 13h02), Dominique Wavre et Michèle Paret sont sereins, bien que la météo des premiers jours de course s’annonce plus que musclée.

Les préparateurs du Mirabaud s’affairent encore à bord du monocoque, mais le rythme est calme, l’essentiel du travail a été effectué en amont.
« Nous sommes parfaitement dans les délais », précise Dominique Wavre. « Tous les contrôles ont été faits, notamment au niveau de la sécurité, et les jaugeurs ont posé des plombages sur certains éléments que l’on n’a pas le droit de toucher pendant la course. L’avitaillement est à bord, il nous reste juste encore quelques bricoles à embarquer mais dans l’ensemble, nous sommes prêts.»

MIRABAUD ET SES CO-SKIPPERS AU HAVRELa traversée de l’Atlantique devrait durer environ deux semaines, et le Mirabaud est donc en configuration « light ». « Nous n’avons embarqué que 200 kilos de matériel, contre 600 lors de la Barcelona World Race », précise Michèle Paret. « Nous avons le même nombre de voiles, mais beaucoup moins de pièces de rechange, d’habits et de nourriture. Les performances s’en ressentiront nettement. »

Le départ de la course aura lieu dimanche à 13h02, et le Mirabaud sortira du port à 10 h 34 précises.

La météo du départ s’annonce relativement calme, mais une violente dépression est annoncée dès le lendemain. « C’est une météo typique du mois de novembre en Atlantique nord », déclare Dominique.
« Il faudra être immédiatement à 100%, car il n’y aura pas de round d’observation. La dépression va nous cueillir, et on va très rapidement se retrouver avec du vent fort et de grosses vagues dans le nez. A mon avis, il n’y aura pas d’options stratégiques déterminantes en début de course. La météo de l’Atlantique nord est bien connue, et tous les concurrents vont emprunter la même route. »

 « La hiérarchie devrait donc plutôt s’établir sur la vitesse pure des différentes embarcations, sur la qualité des manœuvres et la propension des duos à naviguer immédiatement à 100% des performances de leur voilier. »

Afin de se trouver sur la ligne de départ dans une forme optimale, Dominique et Michèle profitent de leurs dernières journées de terriens pour se reposer, se nourrir sainement et veiller sur les derniers détails, tout en se projetant déjà mentalement dans les différentes phases de la course.

« On ne peut hélas pas stocker le sommeil », ironise Dominique. « Donc on se contente de dormir normalement et de manger sainement, sans excès. La veille du départ, on essaiera d’être le plus tranquilles possible. La journée sera consacrée au repos et à la concentration. »

Avec une petite parenthèse en début d’après-midi, lorsque Dominique et Michèle recevront à bord du Mirabaud la visite de l’actrice française Alexandra Lamy, qui viendra leur souhaiter bon vent et verser quelques gouttes de champagne symboliques sur la proue du Mirabaud.

Focus sur Mirabaud
Mirabaud & Cie, banquiers privés, a été fondée en 1819 à Genève. Devenue une enseigne aux dimensions internationales, Mirabaud déploie ses activités sur quatre continents et dispense à une clientèle internationale des conseils et des services financiers individualisés correspondant à trois lignes de métier : la gestion privée (gestion de portefeuilles, conseil en investissement et services aux gérants indépendants), l’Asset Management (gestion institutionnelle, gestion et distribution de fonds) et l’Intermédiation (brokerage, Corporate Finance et Debt Capital Management).
Mirabaud, avec près de 600 collaborateurs, dont la moitié à l’international, est présent en Suisse (Genève, Bâle, Zurich), en Europe (Londres, Paris, Madrid, Barcelone, Luxembourg) et dans le monde (Montréal, Hong Kong, Dubaï, Auckland, Perth).

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire