Dernières infos de la Solitaire du Figaro – EB Cachemire

Le vent a bien fraîchi aux premières lueurs du jour et c’est maintenant avec un bon 30/35 noeuds d’Est-nord-Est que la flotte, emmenée par Yann Eliès, cavale sous spi à plus de 12 noeuds de moyenne, au large du cap Ortegal. Une navigation très humide et particulièrement délicate sous spi, au milieu des bateaux de pêche.

C’est dans des surfs à plus de 16 nœuds, que les skippers progressent autour de la pointe occidentale de la péninsule ibérique.
Au lever du jour, les appels à la direction de course pour annoncer départs au tas et spis explosés étaient légion.
Amaiur Alfaro (Région Aquitaine Atelier de France) n’a plus de pilote automatique principal et s’est fait un gros départ à l’abattée, spi dans l’eau, désormais en lambeaux. Il est actuellement en fuite pour tenter de résoudre tous ses problèmes. Gilles Le Baud (Carnac Thalasso et Spa) s’est fait quelques petites frayeurs avec des bateaux de pêche et progresse sous voilure réduite.
Henry Bomby (Rockfish) n’a plus de grand spi.
Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), pointé ce matin en 2e position, a le sien entortillé autour de l’étai.
Et ce n’est qu’une petite partie de la liste.
Cette navigation très sportive va encore perdurer quelques heures, au moins jusqu’au passage du cap Finisterre, avant une accalmie prévue plus tard le long des côtes espagnoles.

¨Pour l’instant pas de stratégie dans l’air, mais avant tout la priorité est de préserver le matériel et notamment ses voiles de portant.
Car c’est peut-être là-dessus que se jouera le résultat de cette première étape mercredi soir à Porto.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire