Des pirogues en route vers Hawaii pour la journée mondiale de l’océan (8juin)

L’actualité nautique du Pacifique foisonne d’initiatives.
De leur voilier Étoile de Lune, Nat et Dom, se sont intéressés à celle des pirogues polynésiennes.
Tavaru 2011 @etoiledelune

Les Polynésiens, fiers des exploits de leurs ancêtres, ressuscitent régulièrement les méthodes ancestrales en construisant des pirogues « type ancien « .
L’une des initiatives de ce genre prend forme sous le nom de « projet Tavaru », à Moorea en 2008.
A l’issue d’une réunion sur les navigations ancestrales, une association voit le jour : « Faafaite i te ao Ma’ohi » : « La réconciliation du peuple Ma’ohi ».

Les pirogues sont aujourd’hui le véhicule de l’instinct identitaire des nations océaniennes. Elles parcourent des milliers de milles séparant les archipels afin de resserrer les liens de la grande famille de l’Océan Pacifique.

 tavaru2011 @etoiledelunePour être sincère, personne ne connaît le look exact des pirogues sur lesquelles les premiers navigateurs océaniens ont rallié, depuis le continent asiatique, les îles du Pacifique.
Les architectes nautiques d’aujourd’hui se basent sur les observations des navigateurs européens du dix-huitième siècle. Ils avaient à leur bord, des naturalistes, dessinateurs, qui ont reproduit les embarcations qu’ils observaient dans les îles.
Chaque archipel fabriquait ses propres pirogues qui différaient des voisins.
Si la forme n’était pas la même, les matériaux, et les méthodes de constructions variaient peu.

Les pirogues étaient entièrement faites de matériaux naturels. La coque était creusée dans des troncs d’arbres. Les voiles et les cordages s’obtenaient à partir de bourre de coco et de feuilles de pandanus. Parfois le niveau de la coque était remonté par des pièces de bois jointes les unes aux autres par des fibres végétales. Le calfatage était réalisé à l’aide de la sève du fruit de l’arbre à pain (uru) mélangée à de la fibre de noix de coco.

Les Polynésiens ont souvent réuni leurs efforts pour ranimer les temps glorieux de leur passé.
Déjà en 1976 (à l’initiative de la Pacific Voyaging Society) une pirogue double nommée Hokule’a rallia Hawaii à Tahiti.
Les initiateurs du projet défendaient l’identité polynésienne ainsi que l’indéniable talent de navigateurs des populations insulaires du Pacifique.

Cette année-là, l’équipage constitué de navigateurs et de scientifiques parcourait 5370 kilomètres en 32 jours, sans carte ni instrument, en utilisant les méthodes de navigation traditionnelle polynésienne, suivant la course des étoiles, des vents, des courants et des oiseaux marins. Aujourd’hui ce qui paraît une prouesse était alors le quotidien des ancêtres polynésiens.

Cette semaine, il n’y a non pas une, mais sept pirogues qui effectuent le voyage inverse, et qui remontent de la Polynésie française, vers Hawaii.
Tavaru 2011 @etoiledelune

Les sept embarcations aux allures anciennes se nomment « Matua a Maui » de Nouvelle-Zélande, « Uto Ni Yalo » des Fidji, « Maramaru Atua » des îles Cook, « Hine Moana » des Vanuatu, Gaualofa des Samoa, Haunui des Tonga, et « Faafaite i te ao Ma’ohi » de Tahiti.

Elles ont été fabriquées en Nouvelle-Zélande.
Malgré leurs allures d’ancêtres, les pirogues ont été construites en fibre de verre et matériaux composites. Claude Carlson interviewé à la télévision déclarait :
« Aujourd’hui on ne coupe plus les arbres, on va essayer de les protéger. Et si les anciens avaient connu la fibre de verre, c’est sûr qu’il l’aurait utilisée. »
Les pirogues, longues de vingt-deux mètres et pesant 12 tonnes, ont été mises à l’eau courant octobre 2010. Pour des raisons de sécurité, elles ont été pourvues de moteurs solaires et d’instruments de navigation électronique.

Tavaru 2011 @etoiledeluneUn « mécène » allemand, Paul Dieter Paulmann, est venu en aide aux diverses nations, lors de la construction, déployant les fonds nécessaires pour mener à bien le projet : chaque pirogue a coûté un peu plus de 300 000 euros.
Ce collectif est intégré à l’association « Pacific Voyagers » initiée par la fondation « Okeanos ».
Pour autant toutes ces sommes ne sont que des prêts assortis de conditions :
« Chacun des pays ou associations propriétaires doit rembourser cette somme dans un délai de cinq ans. Pour cela, les associations bénéficiaires vont devoir rivaliser d’imagination et d’efficacité. »

Le voyage des pirogues

Aujourd’hui, ces pirogues ont fait leurs preuves.
CARTE DU PARCOURS DES PIROGUESEn 2010, elles ont rejoint depuis leur lieu de construction en Nouvelle-Zélande, l’île de Raivavae dans l’archipel des Australes.
Puis après une escale à Tahiti, elles sont reparties via Raiatea vers Rarotonga.
En 2011, le voyage qui se poursuit, sous l’égide du projet Tavaru, se nomme « Te Mana o te Moana » (l’esprit de l’océan).
Les pirogues en provenance de leurs archipels respectifs se sont donné rendez-vous dans les Tuamotu.

Faafaite est arrivée le 15 mai dans la lagon de To’au, en compagnie de l’équipage des îles Cook.
Position : S 15 deg 56.6’ W 145 deg 52.9. Les autres pirogues les ont rejoint  dans la nuit du 16.
Elles étaient attendues dans la passe de Fakarava le mardi 17 mai 2011, pour un accueil grandiose à la « polynésienne ».
Les pirogues sont escortées du voilier « Foftein » propriété de leur mécène, Dieter Paulmann.

 

Tavaru 2011 @etoiledeluneElles poursuivront ensemble leur route de conserve vers Nuku Hiva, dans les Marquises, pour arriver à Hawaii et fêter la journée mondiale de l’océan qui aura lieu le 8 juin.

A été aussi programmée une tournée dans les grandes villes de la côte ouest-américaine (San Francisco, Los Angeles…), les sponsors ayant souhaité que les équipages participent à une série de conférences sur la protection des océans.

 

Tout au long des escales, 33 membres d’équipages polynésiens se relayeront sur le « Faafaite i te ao Ma’ohi » qui ne reviendra dans son port d’attache qu’au cours de l’année 2012.

Nous souhaitons bon voyage à cette grande et belle famille polynésienne de l’Océan Pacifique.

Nat et Dom
www.etoiledelune.net

Quelques sites Internet à visiter pour en savoir plus :

http://www.faafaite.pf/
http://www.okeanos-stiftung.org/homepage/

http://www.okeanos-stiftung.org/wordpressblog/blog/pacific-voyagers-will-cross-the-pacific/
www.crdp.pf

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire