Deux accords de pêche importants pour les pêcheurs français

Conclusion de l’accord bilatéral de pêche entre l’Union européenne et la Norvège, et l’accord tripartite entre la Norvège, l’Union Européenne et les Iles Féroé portant sur le maquereau.
Pour Frédéric Cuvillier, « ces accords concrétisent plus de deux ans d’engagement de la France dans ces négociations internationales, en faveur d’une pêche plus durable et plus responsable« . Ils sont importants pour la pêche française, le maquereau étant notamment pêché par plus de 1200 navires hauturiers et artisans français.

L’accord conclu avec la Norvège permet de fixer les niveaux de totaux admissibles de captures (TAC) pour l’année 2014 pour certains stocks partagés de la mer du Nord, qui étaient déterminés de manière provisoire depuis le Conseil des ministres européens de décembre. Il donne une meilleure visibilité aux entreprises de pêche concernées.

Norvège - bateau de pêche photo A.CassimLe TAC de cabillaud de la Mer du Nord et de la Manche orientale augmente ainsi de 5%, ce qui valorise les efforts réalisés par les professionnels de la pêche dans la gestion de cette espèce sensible.
Cet accord permet l’accès des navires hauturiers français aux eaux norvégiennes pour pêcher le cabillaud arctique.

Par ailleurs, après plusieurs années de difficiles négociations, l’Union européenne et la Norvège ont finalisé un accord équilibré avec les Iles Féroé sur le maquereau, qui préserve les intérêts de l’Union européenne et constitue un pas décisif, même si le dialogue doit désormais se poursuivre avec l’Islande.
L’accord sur le maquereau permet la fixation d’un quota français en augmentation de 83%.
Enfin, cet accord sur le maquereau ouvre la possibilité d’une réouverture des négociations pour un accord bilatéral entre l’Union européenne et les Iles Féroé, suspendu depuis 2010.

Info du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire