Deuxièmes à Itajai en Multi50 : Yves le Blevec et Kito de Pavant


« C’est un grand bonheur d’arriver »

Après un mano à mano avec le vainqueur FenetreA Cardinal, Actual  d’Yves le Blevec et Kito de Pavant prend la 2è place des Multi50 de cette Transat Jacques Vabre.

Avctual-arrivée-Brésil-phot

En franchissant la ligne à 11h 47′ 30″ Actual aura mis 14 jours  22 heures 47 minutes et 30 secondes pour parcourir 5867 milles entre le Havre et Itajai au Brésil.

Actual est le 4ème bateau à rejoindre Itajai après les deux Mod70 et FenetreA Cardinal.

Le tenant du titre, Yves le Blevec, et Kito de Pavant, qui courait sa 7è Transat Jacques Vabre, n’ont pas caché leur bonheur d’être arrivés au bout de cette course très difficile et très stressante.
Le prochain Multi50 est attendu en début de semaine prochaine. Retour sur deux semaines haletantes.

C’est sur le même ton, le sourire éclatant malgré la fatigue qui se lit sur leurs visages, que les deux skippers d’Actual ont livré leurs impressions; et comme leur a écrit Samuel Tual, Président du Directoire du Groupe Actual « Merci à vous deux pour la formidable course et la formidable aventure que vous avez réalisées et que vous nous avez fait partager ! »
Les réactions d’Yves le Blevec et Kito de Pavant

La victoire de FenetreA Cardinal
 » Bravo à Erwan et Yann parce qu’ils ont fait une course top. Ils vont vite. Nous naviguons souvent ensemble en entraînement à la Trinité, ils souvent un peu plus à l’aise en vitesse. Leur bateau est plus rapide, notamment quand les conditions sont un peu plus douces. Ils ont vraiment fait une très belle course. »

Le bateau
Yves le Blevec : « Le Multi50 est un super bateau, nous avons fait de super moyennes (plus de 16 noeuds ndlr). Il est au multicoque ce que le Mini est au monocoque ! On est autant au contact de la mer et on arrive aussi trempé, c’est très engageant. Mais l’on ne sait pas où arrêter le curseur pour atteindre le potentiel maxi du bateau … »
Kito de Pavant : « Le bateau est vraiment sain, plus facile à manoeuvrer qu’un Imoca60. Par-contre, c’est très stressant, très difficile d’amener un tel bateau jusqu’ici. C’est un petit bateau, proche de l’eau, on est vraiment au contact de la mer. C’est très exigeant. »

La course 

Kito de Pavant : « Nous sommes très fatigués et avons certainement dépassé la ligne rouge. Au départ, on se dit qu’il ne sera pas facile de dormir dans un bateau pareil avec tout ce bruit mais on est toujours tombé dans le « comas » même à 30 noeuds ! C’est du stress en permanence.Tu ne sais jamais si tu attaques bien, on ne sait pas où est la limite … A la barre, on prend la mesure des éléments. Mais quand on est à l’intérieur, on est encore plus stressé. »

Yves le Blevec : « Nous avons été pas mal sous pression avec FenetreA Cardinal. Jamais loin l’un de l’autre, il ne fallait pas lâcher tout en essayant de ne pas faire l’erreur fatale. »

Un regret.
Yves le Blevec : « Ca m’a rendu triste lorsque j’ai appris le chavirage d’Arkema de Lalou Roucayrol, voir un projet s’éfondrer. Il a construit son bateau, il en est propriétaire, toute sa famille y a participé, il y a plein d’énergie, plein de coeur. Et en même temps, ça fait partie du jeu. On se dit en permanence qu’il ne faut pas chavirer. »
Kito de Pavant : « Je regrette que les six Multi50 n’arrivent pas tous à Itajai. C’est vraiment dommage. »

Le plus grand bonheur
Kito de Pavant : « C’est tout le temps, la satisfaction de bien faire les choses. Mais c’est aussi ce jour où nous étions au large de Victoria au nord de Rio, à un mille de la côte. Il faisait beau, nous faisions de belles glissades, le bateau allait vite, c’était vraiment bien ! »
Yves le Blevec : « Ce sont des tas de petites satisfactions. Franchir le Cap Finisterre, ça c’est fait. Le pot au noir, c’est fait. L’équateur, c’est fait. les alizés de sud-est, c’est fait. le grand bord de portant, c’est fait. Une fois arrivé, c’est un soulagement, un grand bonheur d’être enfin arrivé. »

Les prochains concurrents attendus sont les Imoca60 dimanche prochain. 

Images du passage de la ligne d’arrivée :cliquer ici

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire