Dure fin de semaine pour Banque Populaire IX qui chavire et démâte

Parti mardi de Lorient, son port d’attache, pour un convoyage à destination de Nice afin de participer à une course, le maxi-trimaran « Banque Populaire IX » d’Armel Le Cléac’h a chaviré dans la nuit de ce vendredi à samedi, vers 3 heures, alors qu’il naviguait à 150 milles des côtes marocaines. Dans le chavirage, le mât s’est brisé. L’équipage, composé de trois marins, a été hélitreuillé et déposé à Casablanca en début d’après-mid par un hélicoptère de la marine marocaine. Ce chavirage intervient à moins de sept mois du départ de la Route du Rhum…

 

Dans un premier temps, l’équipage composé d’Armel Le Cléac’h, de Pierre-Emmanuel Hérissé, le boat-captain et d’un caméraman spécialisé dans les images de mer, Fulvio d’Aguanno, se sont mis en sécurité à l’intérieur du bateau. Immédiatement, la balise de détresse a été déclenchée et l’équipage a pris contact avec l’équipe technique à terre. L’équipage, sain et sauf, a été hélitreuillé par un hélicoptère de la marine marocaine vers 14 heures, puis déposé à Casablanca.


Le maxi-trimaran « Banque Populaire IX » était à la dérive depuis samedi midi, retourné donc peu visible dans une zone où le trafic maritime est dense
Du coup, les membres de l’équipe technique du team Banque Populaire n’ont pas traîné. Ils ont embarqué samedi soir à bord d’un remorqueur. Arrivés sur zone dimanche matin, ils ont récupéré du matériel endommagé, avant que le remorqueur entre en action. Le remorquage du maxi-trimaran vers Casablanca « va prendre du temps », selon Ronan Lucas.

En mode « faux solo »

Mis à l’eau en septembre 2017 à Lorient, le maxi-trimaran Banque Populaire IX avait nécessité deux ans de réflexion et 135.000 heures de travail. Très vite, Armel Le Cléac’h et son équipe ont pris en main cet engin de 32 mètres, atteignant des vitesses en vol de plus de 43 noeuds. début février, le team s’est même offert un aller-retour jusqu’en Guadeloupe, l’aller avec un équipage composé de quelques stars de la course au large comme Franck Cammas, le retour en mode ‘faux solo » pour Armel Le Cléac’h.

Récupérer le bateau

Ce convoyage vers Nice ne devait être qu’une formalité. Afin de mieux connaître son trimaran et de multiplier les heures en solitaire, Armel Le Cléac’h avait volontairement choisi d’effectuer la première partie de ce convoyage en équipage réduit. Un arrêt était prévu à Cadix pour embarquer le reste de l’équipage, à savoir, Franck Cammas, Charlie Dalin, Billy Besson et  Ronan Lucas, directeur général du team. Ce dernier était ce samedi dans un avion à destination de Casablanca.
Les trois marins en sécurité, l’équipe à terre doit maintenant trouver un bateau pour rejoindre le maxi-trimaran retournée. Récupérer le bateau, le remettre à l’endroit, le ramener à Lorient pour le metrre en chantier, lancer la construction d’un nouveau mât… La course contre la montre pour être au départ de la Route du Rhum, l’objectif n°1 de l’année, est déjà lancée.

On se souvient qu’en 2014, Armel Le Cléac’h, qui faisait partie des grands favoris de la Route d Rhum,avait dû laisser sa place à Loïck Peyron après une blessure à la main. Et Peyron s’était imposé en Guadeloupe. On se souvient aussi qu’en 2005, après un chavirage dans la Transat Jacques Vabre, le skipper saint-politain, jugeant les multicoques Orma trop casse-gueule, avait renoncé au multicoque.

À LIRE SUR LE SUJET

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/voile/ultime-le-maxi-trimaran-banque-populaire-ix-chavire-14-04-2018-11926604.php#vTlT8cT36RHX5sJz.99

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.