Eolien en mer : le consortium Iberdrola – Eole-RES lauréat sur le lot de Saint-Brieuc

A l’issue de l’appel d’offres national éolien en mer lancé par le Gouvernement français en
juillet 2011, le consortium Iberdrola – Eole-RES a été désigné lauréat sur le lot de Saint-
Brieuc.
Dans les années à venir, 2 000 emplois en France seront développés grâce à ce projet

Le marché porte sur la construction et l’exploitation d’un parc éolien en mer d’une puissance installée de 500 mégawatts.
Ailes marinesLe consortium est piloté par Iberdrola et Eole-RES, avec pour partenaires Areva, Technip et
Neoen Marine, le projet de parc éolien se situe à un peu moins d’une
vingtaine de kilomètres au large dans la Baie de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor).
La société ad hoc, créée par le consortium pour porter le projet, a été baptisée « Ailes Marines ».

Sur la zone définie, le projet du consortium Iberdrola et Eole-RES comprend 100 éoliennes de 5 MW, sur un champ d’une superficie de 80 km².
Keith Anderson,
Directeur de la Division Offshore d’Iberdrola :

« Nous avons remporté cet appel d’offres au terme d’une compétition difficile. En retenant
notre candidature, le gouvernement Français a démontré qu’un consortium européen
pouvait répondre aux exigences du cahier des charges et être sélectionné sur la qualité de
son projet au même titre que les sociétés hexagonales »

Une filière économique, créatrice d’emplois
Pour le Conseil régional et la CCI de Bretagne, de même que pour l’Etat, l’essentiel est que les entreprises bretonnes soient associées au déploiement de cette activité nouvelle, au cours des différentes phases de mise en œuvre du projet.
La création du champ d’éoliennes devrait générer 2 000 emplois dans le grand ouest, notamment avec la mise en service par AREVA, au Havre, d’une unité de fabrication des pales et d’assemblage des nacelles des éoliennes.
L’espagnol Iberdrola et ses partenaires ont également évoqué la création de 140 emplois dans le bassin de Saint-Brieuc, directement liés à l’exploitation et à la maintenance du site, tandis que le port de commerce de Brest se positionne pour la fabrication des fondations (jackets et pieux).

Le développement des énergies marines renouvelables est un des trois piliers du Pacte électrique breton signé fin 2010 par la Région, l’Etat et leurs partenaires (RTE, ADEME et ANAH).

Enjeu majeur pour la Bretagne, les EMR vont contribuer, dans les années à venir, à réduire la dépendance énergétique bretonne (10% d’autonomie en 2011 grâce, notamment, au 1 100 MW produits par l’éolien terrestre), tout en permettant la mise en place d’une nouvelle filière économique, créatrice d’emplois.

A noter que le choix du site de Saint-Brieuc s’est fait en étroite concertation avec les pêcheurs de la baie (coquilles Saint-Jacques) : en amont, avec l’Etat et la Région, au sein de la Conférence régionale de la mer et du littoral, puis avec les industriels du consortium.

Les 8 rangées d’éoliennes (1 000 T -éolienne+fondation- et 170 m de haut en bout de pale) ne seront pas posées sur un socle en béton mais sur une structure métallique, dite jacket, à l’impact moindre pour les fonds marins.
Il est prévu que la machine la plus proche de la côte soit implantée à une distance d’environ 17 km du cap d’Erquy.
IBERDROLA www.iberdrola.com

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire