Epandages aériens de pesticides : attention danger

En 2010, la loi Grenelle II posait le principe de l’interdiction des épandages aériens, sous réserve
de dérogations exceptionnelles.
Deux ans plus tard, les préfectures délivrent encore de très nombreuses dérogations, si bien que sur certains territoires, l’exception devient la règle !
Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, Gers, Loiret, etc. Ces préfectures ont autorisé les épandages de
pesticides par voie aérienne sur du maïs pour l’été 2012. D’autres départements seraient en passe
de les suivre, comme les Landes. En Rhône-Alpes et en Bourgogne, les dérogations sont
nombreuses sur la vigne. Tous ces épandages ont lieu en ce moment même, ou se dérouleront
dans le courant de l’été.
Ce mode d’application présente des risques sanitaires réels pour les riverains. Les produits
susceptibles d’être utilisés comportent des matières actives cancérigènes, des perturbateurs
endocriniens ou des substances entrainant un risque d’effets néfastes pour le développement
prénatal de l’enfant. Et dans la majorité des cas, la distance de sécurité de 50 m n’est pas de
nature à rendre ces risques acceptables, comme l’indique un rapport co-rédigé par l’AFSSE et
l’INERIS en 2005
La biodiversité est aussi touchée. Par le passé, les abeilles en ont payé le prix fort. Les apiculteurs
s’inquiètent des dérives inévitables de pesticides, d’autant plus en pleine floraison du tournesol.
Ces mêmes dérives préoccupent grandement les agriculteurs biologiques, qui encourent le
déclassement de leurs cultures.
Nos organisations demandent enfin le respect de la loi sur l’interdiction des épandages aériens.
Une concertation doit être ouverte pour la révision de l’arrêté du 31 mai 2011 encadrant ce
mode de traitement.
Pour la suite de ce communiqué cliquer ici

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire