Franchir les colonnes d’Hercule, dernier goulot pour l’équipage Virbac-Paprec 3

Vent de face, courant contraire, mer abrupte et cargos, le vent va souffler cette nuit à plus de 30 nœuds dans ce goulet d’étrangement (28 km de large) enserré entre les côtes espagnoles et marocaines.
Le duo et le bateau vont encore devoir tenir avant cet éventuel arrivée à Barcelone lundi dans la matinée.

L’entrée en Méditerranée ne sera pas synonyme de changement de régime.
Le Levante sévit encore en Mer d’Alboran.
Comme l’analyse le routeur Marcel van Triest
« quand tu es en tête en Méditerranée, tu préfères avoir du près avec du vent que pas de vent du tout, car les écarts peuvent se faire et se défaire très rapidement ».
D’autant qu’avec 284 milles d’avance sur MAPFRE, Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron ont une petite marge pour lever le pied au cas où la navigation deviendrait trop scabreuse.
Ces conditions de près vont perdurer jusqu’à la latitude d’Ibiza.

Mais les 175 derniers milles vers l’arrivée seront beaucoup plus incertains avec un vent très variable en force et direction le long des rivages espagnols…
Pour l’instant, Virbac-Paprec 3 est attendu à Barcelone lundi matin.

MAPFRE devrait en faire de même à une journée et demie d’intervalle.

Pour les autres infos : www.barcelonaworldrace.com

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire