François Jambou vainqueur des Sables Les Açores Les Sables en proto

François Jambou (Team BFR Marée Haute) remporte sa première grande course en Mini ! Après une victoire implacable sur la première étape (avec près de 29h davance) des Sables Les Açores Les Sables, il a bouclé ce mardi après-midi à 16h41 le parcours retour en 4e position, moins dune heure après son dauphin de la première étape, et ce malgré des soucis techniques. Heureux et humble, le brestois savoure et commence à se projeter sur 2019

 

FrançoisJambou (Team BFR Marée Haute) : « Cétait dur. Les conditions météo étaient engagées. Il ne fallait pas faire le fou. Et ça sest bien passé. Jespérais faire un podium, mais je me suis fait surprendre par Axel (Axel Tréhin 3e de létape, ndlr). Il navait plus dAIS, je pensais quil était plus loin, je ne me suis pas méfié. Mais bon, si on m’avait proposé un tel scénario sur cette course avant le départ, j’aurais signé tout de suite ! »  

GV déchirée et malade

François Jambou (Team BFR Marée Haute) : « Jai eu un souci de grand-voile dimanche. Elle sest déralinguée et elle commençait à se déchirer le long du mât. Jai dû laffaler complètement en prenant mille précautions pour ne pas la déchirer plus Pareil pour la hisser à nouveau en faisant en sorte que les parties déchirées soient bien prises à nouveau dans la ralingue. Tout ça en naviguant sous foc seul Ça ma pris au moins 3  4 heures. Jai perdu beaucoup de milles.

En plus, jétais malade ce jour là, jai dû manger un truc pas frais. Et comme les conditions météo étaient très irrégulières, il aurait fallu attaquer tout le temps, pour suivre le vent, ce que je nétais alors vraiment pas en mesure de faire, physiquement. »

 

Ce bateau est magique !

François Jambou (Team BFR Marée Haute) : « Jai encore appris beaucoup sur ce bateau : il est magique ! Il est vraiment très attachant On se sent en sécurité à bord, on a envie de naviguer avec. Je le découvre à chaque fois un peu plus. Ian (Ian Lipinski, l’ancien skipper du Maximum, ndlr) me disait quil découvrait encore des choses après 2 saisonsEn terme de réglages, de configurations de voiles, lorsque lon trouve le bon compromis cest extraordinaire ! »

Heureux

François Jambou (Team BFR Marée Haute) : « Je suis absolument heureux de remporter une grande course ! Cest précieux.

Jéchoue sur le championnat de France de course au large, mais ce nétait pas lobjectif majeur. Pour cela, il aurait fallu attaquer et ce nétait pas un bon calcul de prendre le risques de compromettre ainsi la victoire au général. »

2019 sera différent

François Jambou (Team BFR Marée Haute) : « Cette victoire, et celle du Trophée Marie Agnès Péron en juin dernier, me permettent de prendre confiance et daborder la saison 2019 de façon différente. Je vais faire quelques modifications sur le bateau : voiles, accastillage, électronique pour le mettre à ma main. Je devrais gagner en aisance et en performance. »

Les protos, le retour

François Jambou (Team BFR Marée Haute) : « Il y a un super groupe en proto, une belle ambiance et ça bagarre à haut niveau ! Je crois que cela faisait bien longtemps que ça navait pas été aussi intéressant de naviguer en proto en Mini ! »

Le prochain rendez-vous du Team BFR Marée Haute sera à Concarneau, port d’attache de François et berceau du Team, le 6 septembre pour la Duo Concarneau. Cette fois l’équipe sera au complet : Marie-Amélie Lenaerts, François Jambou, Jean-Yves Ferrand, Bruno Simonnet, Fabio Muzzolini.

Info presse C. Ecarlat

__________________________________________

Team BFR Marée Haute, un défi dentreprise inédit

C’est inédit. Jamais encore une entreprise ne s’était engagée auprès d’une véritable écurie de course au large, composée de cinq skippers. C’est le défi que le Groupe BFR a choisi de relever, avec le chantier naval Marée Haute.

Les 5 skippers de l’équipe ont tous la « Mini Transat 2019 » en ligne de mire, course transatlantique sans escale et sans assistance, disputée en solitaire, sur des bateaux de 6,50m.

Ce collectif de skippers, cette association de compétences, préparera ce défi humain et technique avec l’appui du chantier naval de Concarneau.

Le parrainage de cette écurie de course au large sera également une façon concrète et forte de montrer que l’équipe BFR a l’audace et la maîtrise de « faiseurs », de constructeurs, prêts à relever des challenges d’envergure.

www.team-bfr-mareehaute.fr

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.