Georges Rohner et la Guadeloupe au Musée national de la marine jusqu’au 16 janvier 2012

Dans le cadre de 2011, année des Outre-mer, le musée national de la Marine met
en lumière quatre vingt-deux toiles et dessins du peintre, Georges Rohner,
réalisés lors de ses deux années passées en Guadeloupe.
Le Musée rend ainsi hommage à une période charnière dans l’évolution de la création artistique des Antilles françaises de la première moitié du XXe siècle.

AFFICHE EXPO ROHNER

Cette exposition est proposée par la ville de Basse-Terre -Maison du patrimoine et de l’architecture-, et la Direction des affaires culturelles de Guadeloupe.

Georges ROHNER, Les pêcheurs III, 1935 © photo Philippe Virapin / ADAGP Paris 2011Georges Rohner (1913-2000)

Le peintre a été initié au dessin par son oncle le sculpteur Georges Stugocki, et s’oriente très jeune vers le métier de peintre.
Admis en 1929 comme élève libre à l’atelier de Lucien Simon, il y bénéficie d’un apprentissage d’une grande liberté d’expression. Avec quelques compagnons d’atelier unis par le même attachement à la peinture classique, Humblot, Despierre, Lasne…, il contribue à la création du groupe « Forces nouvelles » qui prône un retour à une simplicité synthétique, à la rigueur, au dessin et au modelé, en réaction contre l’abstraction.
Tout en défendant le renouveau de la figuration, leur peinture se veut ré-interprétation de la réalité.

Le séjour guadeloupéen du peintre

En 1934, Georges Rohner part en Guadeloupe accomplir son service militaire, il est affecté sur les hauteurs de Basse-Terre.
Depuis le cyclone de 1928, d’importants travaux de reconstruction et d’embellissement sont en cours dans la ville, en perspective de la commémoration du tricentenaire du rattachement des Antilles à la France de 1935.
Ainsi, au cours de ce séjour de deux ans, Rohner reçoit deux commandes importantes de la ville de Basse-Terre et de la banque de Guadeloupe.
Il réalise également une quarantaine de peintures représentant des paysages et des scènes de vie quotidienne.
Ses toiles antillaises constituent un intermède dans la carrière de l’artiste, particulièrement par le choix des coloris chaleureux et des sujets.
Il est indéniable que Rohner a été séduit par la beauté des paysages et de la végétation, verts intenses des champs de cannes et des forêts, la beauté tropicale, l’intensité de la lumière, les bleus de la mer et du ciel, la grâce des femmes créoles…

www.musee-marine.fr

(cliquer sur la photo pour l’agrandir)

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire