Gildas Morvan (Cercle Vert) vainqueur du Grand Prix de Beaulieu sur Mer/Trophée des Ports d’Azur

Il n’a gagné aucune manche sur les quatre courues à Beaulieu sur Mer, et pourtant il remporte le Grand Prix !
D’une régularité à toute épreuve, le skipper de Cercle Vert n’est jamais descendu en dessous de la 6e place et monte deux fois sur le podium. Adrien Hardy (Agir Recouvrement), très régulier et sans victoire en poche lui-aussi, conserve sa place de leader au général provisoire, à un petit point de Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012).

Grand Prix 4 de Beaulieu sur Mer lors de la Generali Solo 2013 - le 05/10/2013 photo A.Ducourcoux
A la veille de la dernière grande étape vers Sète, le jeu est on ne plus serré. Les 308 milles dotés d’un coefficient 4 vont être décisifs.

 Retour sur zone
Quatre solitaires ont mené les débats sur le plan d’eau de Beaulieu sur Mer : Thierry Chabagny (Gedimat) et ses deux victoires de manche, Frédéric Duthil (Sepalumic) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012), gagnants d’un parcours chacun. Et pourtant, l’homme qui remporte les honneurs n’a jamais claqué une course… Gildas Morvan avec ses places de 3, 4, 6 et 2 s’offre la victoire de ce Grand Prix de Beaulieu sur Mer/Trophée des Ports d’Azur.
Comme quoi, sur une course aux points, sur un Grand Prix comme sur La Generali Solo, la régularité est payante. Cependant, le skipper de Cercle Vert a eu chaud : 1 point le sépare de Fred Duthil, qui ne devance que d’un petit point Fabien Delahaye.

Sur les quatre manches courues chacun a pu tenter sa chance.
A noter que le dernier côtier par exemple, le doyen de la course, Jean-Paul Mouren (MarseillEntreprise) s’offre une belle troisième place, derrière les ténors du circuit, Fabien Delahaye et Gildas Morvan.

Plusieurs duels vont être à observer de près, dont un en particulier. Adrien Hardy et Fabien Delahaye, respectivement premier et deuxième n’ont qu’un point d’écart.

Ca va être chaud sur la dernière ligne droite de la Generali Solo 2013 !

 Beaulieu sur Mer-Sète via les Mèdes (Espagne) : l’étape de tous les dangers
C’est la dernière grande étape de La Generali Solo 2013. Dotée d’un coefficient 4, c’est elle qui dessinera les contours presque définitifs du classement général. Or, elle promet d’être lente et complexe, avec un vent qui, sur tout le parcours, ne devrait pas excéder les 10 nœuds, alternant avec des périodes de calmes plus ou moins longues.
C’est pourquoi la Direction de Course a envisagé deux parcours.
Le tracé initial (308 milles) prévoit de laisser l’île du Levant (rade de Hyères) à bâbord, puis de poursuivre le long des côtes de la Provence jusqu’aux Calanques, où les concurrents enrouleront la tourelle de la Cassidaigne, devant le port de Cassis. Après ce grand tronçon côtier (102 milles), cap à l’ouest-sud-ouest pour un segment hauturier de 122 milles jusqu’au petit archipel des Mèdes (Espagne, au large d’Estartit).
Une fois passée cette marque espagnole, direction Sète via les fameux caps Creus et Bear, soit 84 milles le long des côtes du Roussillon et du Languedoc. En cas de forte « pétole », le parcours serait modifié à partir de la Cassidaigne. Les concurrents iraient alors directement à Sète, sans passer par l’Espagne, pour une distance totale de 181 milles.

Parcours A : Beaulieu sur Mer, Ile du Levant à bâbord, Cassidaigne à bâbord, enrouler les Mèdes à tribord, arrivée à Sète : 308 milles

Parcours B : Beaulieu sur Mer, Ile du Levant à bâbord, Cassidaigne à bâbord, arrivée à Sète : 181 milles

Distances
– Beaulieu sur Mer – Cassidaigne = 102 milles
– Cassidaigne – les Mèdes = 122 milles
– Les Mèdes – Sète = 84 milles
– Cassidaigne – Sète = 83 milles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire