Gildas Morvan, garder l’envie : 20 fois d’affilée sur le circuit Figaro Bénéteau

Après une saison 2014 marquée notamment par une jolie victoire dans la Le Havre All Mer Cup, et qui s’est finalement soldée par une cinquième place au Championnat de France Elite de course au large en solitaire 2014, Gildas Morvan repart pour un tour sur le circuit exigeant des Figaro Bénéteau.
Un circuit sur lequel il s’apprête à officier pour la 20
e année consécutive avec, pour objectif, de remporter la fameuse Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire, la seule course manquante à son impressionnant palmarès.
Et si le skipper de Cercle Vert compte bien miser sur sa solide expérience pour réussir son pari de monter sur la plus haute marche du podium de la reine des courses en solitaire à armes égales, il espère aussi performer sur les autres épreuves de son programme –  la Solo Maître Coq, la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten et la Generali Solo -, histoire de célébrer comme il se doit sa deuxième décennie sur le support.


Gildas Morvan cercle Vert

Alors qu’il s’apprête à entamer sa vingtième saison en Figaro Bénéteau, Gildas Morvan conserve une motivation intacte. « Le fait que La Solitaire du Figaro m’échappe encore me booste énormément. Cette course est à part, je la veux et je l’aurai ! », explique le navigateur Finistérien qui a, de fait, tous les atouts dans son jeu pour parvenir à concrétiser son objectif. Ses résultats toutes ces dernières années en témoignent et ont de quoi faire des envieux, mais le marin ne sera pas parfaitement accompli tant qu’il n’aura pas accroché La Solitaire à son palmarès, même si celui-ci est déjà en béton.
« La gagner est quelque chose de vraiment important pour moi. Je suis encore passé à côté l’an dernier mais j’ai tiré des bilans pour voir ce que je pouvais changer ou améliorer. Souvent, j’ai tenté des trucs. Parfois, ça a fonctionné, d’autres non, et comme souvent j’étais peut-être un peu extrême dans mes options, quand je perdais, je perdais assez gros. Cette année, je vais changer ma façon de naviguer en jouant davantage « gagne-petit. Je vais voir ce que ça donne sur les épreuves d’avant-saison et gommer progressivement mes petits défauts pour être fin prêt au moment du départ de La Solitaire du Figaro »
,
détaille Gildas qui sait qu’il peut avoir confiance en sa vitesse, qu’il maîtrise parfaitement les manœuvres et qu’il a bien travaillé sur son bateau ces derniers mois.

Garder de la fraîcheur

« Lors du chantier de cet hiver, j’ai changé un petit soufflet de safran puis une varangue qui était décollée. J’ai également effectué un « check-up » complet du gréement : vérification complète du pied de mât et de l’espar, démontage puis remontage des barres de flèches… rien n’a été laissé au hasard même si, au final, je n’ai fait que des petites choses », souligne le marin de Cercle Vert qui n’a, comme à son habitude, pas lésiné sur la préparation physique depuis la fin de la saison dernière et qui a fait en sorte de naviguer au mieux tout en gardant un maximum de fraîcheur.
« C’est bien de s’entraîner beaucoup mais il faut réussir à garder l’envie d’aller sur l’eau. C’est pourquoi je n’ai pas participé à tous les stages organisés par le Pôle Finistère Course au Large à Port-la-Forêt. Reste que ceux auxquels j’ai pris part ont vraiment été intéressants. Nous avons alterné petits parcours en baie et courses de nuit. Cela m’a permis de me caler assez tôt en terme de conduite et de stratégie, de bien échanger avec les autres skippers du Pôle, de participer aux débriefings toujours très riches et d’assister aux indispensables cours météo de David Lanier et de Jean-Yves Bernot »,
déclare Gildas Morvan qui a, par ailleurs, légèrement fait évoluer la garde-robe de sa monture, en changeant notamment de voilerie. « Je sais que je suis dans le match mais pour viser la victoire, j’ai deux ou trois trucs à améliorer alors je bosse activement dans ce sens  », termine le skipper de Landéda qui renouera avec la compétition le 20 avril prochain à l’occasion de la Solo Maître Coq, aux Sables d’Olonne.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire