Gitana 16, une version 2016 façonnée par le Gitana Team

Elégant et racé, le Mono60 Edmond de Rothschild, alias Gitana 16, arbore l’aigle et le lion sur son étrave. Emblèmes du blason familial, ces animaux rois symbolisent la vision de long terme, la puissance et l’excellence. Des vertus qui prennent corps dans ce monocoque moderne, résolument avant-gardiste, conçu pour le Vendée Globe 2016-2017 (départ le 6 novembre) et développé par les spécialistes du Gitana Team autour du skipper Sébastien Josse.

gitana-1fed4fc45cd44c569b9a4b8e9f9d1dd9

Dessiné par l’architecte Guillaume Verdier en collaboration avec le Cabinet VPLP et le bureau d’études « maison », le dernier-né des Gitana appartient à cette nouvelle génération des monocoques IMOCA, ultralégers, planants et dotés de dérives foil. Depuis sa mise à l’eau le 7 août 2015, l’unité de 60 pieds (18,28 mètres) a continué d’évoluer, notamment lors d’un important chantier réalisé cet hiver dans la base du team à Lorient.

Un voilier sophistiqué à l’extrême

Alliage subtil entre finesse et robustesse, tout dans ce bateau est tourné vers la performance. Chaque pièce ou presque est réalisée sur mesure, imaginée pour traduire une sensation, un chiffre, pour tendre vers un prototype toujours plus rapide et à la main de son skipper. L’échange est constant dans l’équipe. Marins et terriens transforment ensemble de la matière grise en astuces, en systèmes, en grammes et en nœuds gagnés.

Avant le départ de The Transat bakerly, Pierre Tissier – directeur technique –  et Armand de Jacquelot – ingénieur, membre du design team de l’écurie aux cinq flèches -, détaillent quelques-unes des dernières optimisations du Mono60 Edmond de Rothschild.

  • Objectif vitesse

Avec Gitana 16, on parle d’un monocoque qui glisse à 25 nœuds et frôle régulièrement les 30, des vitesses que l’on attribue plus traditionnellement aux multicoques. Les deux transatlantiques réalisées fin 2015 ont permis de constituer une importante base de données des performances et notamment de mesurer les bénéfices des dérives foil. « Le foil pousse et génère du couple de redressement au bateau comme s’il y avait plusieurs équipiers au rappel. Les gains sont réels mais il faut désormais réduire la traînée, » résume Armand de Jacquelot. « Nous avons donc conçu une deuxième génération de foils. La géométrie du tip (partie courte) est plus élancée et avec plus de surface portante. Nous avons aussi modifié le profil du shaft (la partie longue) pour aider à remonter au vent et nous espérons que cela sera bénéfique sur The Transat (course contre vents et courants). À l’intérieur de la coque, la configuration des ballasts a aussi été optimisée pour gérer au mieux l’équilibre du bateau. »

  • Fiabilité et sécurité

Inutile d’être rapide si l’on casse. La quête du bon dosage entre performance et sécurité s’appuie sur des observations aujourd’hui très concrètes. « L’ensemble du bateau a reçu des contrôles ultra-sons afin d’établir un diagnostique exact de l’état du composite. L’objectif est de détecter la moindre fatigue du carbone et de prévenir une rupture éventuelle en renforçant de façon ciblée » ajoute Pierre Tissier. « Plusieurs pièces névralgiques qui subissent de gros efforts sont aussi passées au scanner. À l’image du corps humain, cela permet de lire à l’intérieur de la structure et, là encore, de guetter le moindre problème. »

Sébastien Josse, 41 ans 
Niçois d’origine, breton d’adoption, Sébastien Josse est l’ambassadeur du Gitana Team, le skipper des unités Edmond de Rothschild. Homme de défi, talentueux tout autant que travailleur, le marin s’est très vite hissé parmi les plus remarqués de sa génération. Il dispute laTransat Anglaise pour la 3e fois de sa carrière.
Son parcours et son palmarès :

Sébastien Josse

 

The Transat bakerly 2016 
 – 14e édition depuis 1960
– Plymouth (Angleterre) – arrivée New York City (USA)
– 3 000 milles nautiques / 5 556 kilomètres
– Départ le 2 mai à 15h30 (heure française)
– 25 bateaux répartis en quatre classes : Ultime, IMOCA 60, Multi 50, Class 40
– Record en monocoque : 12 jours 11 heures et 45 minutes, 2008, Gitana Eighty, L.Peyron.

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire