Grand comme 6 fois la France, la création d’un 7e continent… en déchets plastiques !

 » Grande Plaque de déchets du Pacifique « , le  » 7e continent  » qui se forme actuellement entre les côtes de Hawaii et de l’Amérique du Nord, est constitué de millions de tonnes de détritus plastiques charriés par les courants océaniques.

Dans cette région du globe, les courants tournent dans le sens des aiguilles d’une montre et créent une spirale interminable, un puissant vortex qui fait tourbillonner les déchets en plastique.
Le tourbillon subtropical du Pacifique Nord accumule depuis des années des déchets plastiques venus des côtes et des fleuves, les entraînant dans sa rotation et, par la force centripète les ramène progressivement vers son centre, une zone de faible énergie cinétique de 3,43 millions de kilomètres carrés (soit un tiers de l’Europe et plus de six fois la France).

Charles Moore et Patrick Deixonne

Le navigateur Charles Moore l’'a découvert par hasard en 1999 lors d’une expédition. Halluciné par sa trouvaille, il alerte ALGALITA, une fondation américaine de recherche océanographique., et Patrick Deixonne


Une couche de déchet de 30 mètres d’épaisseur

Sur l’essentiel de sa superficie, la couche de plastique de ce tourbillon d’ordures atteint
une épaisseur pouvant aller jusqu’à 30 mètres.
Bien que représentant une importante superficie de l’océan, c’est une zone peu fréquentée
par la navigation. Il n’y a pas de voiliers de plaisance, pas d’exploitation par la pêche
industrielle, et on ne recense là, que quelques îles minuscules. çà et

Cela fait dix ans que cet ilot progresse. Greenpeace avait donné l’alerte à plusieurs reprises mais on ignorait l’étendue du problème jusqu’à ce qu’une organisation écologiste de la côte ouest des États-Unis, l’Algalita Marine Research Foundation (AMRF), publie des chiffres éloquents au terme d’une enquête menée sur les dix dernières années.

Essentiellement plastiques, ces débris de la vie terrestre se dégradent extrêmement lentement et deviennent une menace pour l’environnement.
Les microparticules plastiques en flottaison se confondent avec le plancton et sont ingérées par l’ensemble des espèces animales et végétales sous-marines.

L’objectif premier de l’expédition  » 7e continent « 

L’objectif est de rapporter un témoignage, et la preuve de son existence pour sensibiliser les Français à cette nouvelle catastrophe écologique tout aussi inquiétante que la fonte des pôles mais uniquement liée au comportement de l’homme.

Parrainé par la Société des Explorateurs Français, la mission consiste à se rendre sur place en voilier équipé d’une balise Argos pour que des lycéens et le grand public puissent localiser et suivre sa progression en direct.

Dans un deuxième temps, l’expédition  » 7e continent  » aura un rôle de sensibilisation auprès de nos jeunes.

Tout un programme est établi par OSL et ses partenaires.

L’équipage composée de 3 personnes  1 photographe, 1 caméraman/monteur, 1 navigateur/plongeur, réalisera un documentaire tout au long de l’expédition et sera suivi par différents médias (radio, TV, etc.) au cours des étapes importantes.
Les moyens: Balise Argos, téléphone iridium, GPS , matériels photos/vidéo, Flacon d’échantillonnage, bouée dérivante.
Sur place : Voilier, matériel de plongée
La distance à parcourir 2000 milles nautiques environs dans la zone Pacifique Nord 36e36’000’’N / 156 e34’000’’ O
L’expédition partira d’Hawaï  et durera 6 semaines environ (dont un mois en mer)
Des conférences de presse seront également organisées au départ et à l’arrivée de l’expédition.

Cette expédition est à but non lucratif, dirigée par Patrick Deixonne, Président d’OSL et
membre de la Société des Explorateurs Français.

Pour beaucoup plus d’infos :

http://www.septiemecontinent.com/

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire