Grand Voilier-Ecole, un défi collectif pour le 21ème siècle pour l’enseignement et la formation maritime

Ce projet qui attire à lui de plus en plus de bénévoles et de professionnels, institutionnels et privés, est encore  en quête d’investisseurs.
Un projet de cinquante millions d’euros, deux années de construction, mais pensé pour couvrir ses frais de fonctionnement, en autofinancement.

 Un voilier-école représente pour les jeunes une formidable plate-forme de rencontres, d’apprentissage, et de réconciliation avec le monde du travail.

La France ne dispose plus d’aucun voilier de grande envergure, là où d’autres nations aux moyens plus modestes ont investi depuis longtemps dans ce vecteur de promotion et d’apprentissage professionnel.

 Les cathédrales de toiles modernes que sont le Stad Amsterdam néerlandais, le Cisne Branco brésilien ou le Gorch Fock allemand sont notamment les ambassadeurs efficaces et prestigieux de leur pays, tout en offrant aux jeunes une opportunité de formation et de découverte des métiers de la mer.
Parce que la France n’a jamais eu autant besoin d’énergie et d’audace, dix-neuf acteurs du monde maritime ont fondé l’association du Grand Voilier École (Asso-GVE www.asso-gve.fr ), qui a tenu son premier Conseil d’Administration à Brest, le lundi 8 octobre 2012.
Cette structure, présidée par l’amiral (2s) Pierre-François Forissier, chef d’état-major de la Marine nationale de 2008 à 2011, est appelée à se transformer en une Fondation qui entreprendra la construction d’un Grand Voilier-Ecole (GVE) pour le XXIème siècle.
Il s’agira d’un trois-mâts élancé, éco-construit, doté de salles de cours et de conférence.
Le modèle humain et économique de ce projet repose sur trois axes complémentaires et réalistes :
– le premier, le plus fondamental, est d’enseigner les valeurs de la mer à des jeunes de toute origine sociale, valides ou porteurs de handicap.
– Deuxième objectif : la « marque France ». Le GVE veut incarner l’excellence française à l’étranger, à l’heure où s’impose une féroce concurrence sur le marché de l’image, de la compétitivité et des investissements.
Le GVE, dont la priorité première est l’enseignement et la formation maritime, est également une vitrine à l’export, de Los Angeles à Rio, en passant par Shanghai et Singapour.
– Dernier axe fondamental : le développement durable. Le Grand Voilier Ecole veut promouvoir l’éco-conception, témoignant à son niveau d’une transition énergétique à venir, où l’optimisation de la propulsion vélique tiendra toute sa place.
Ce grand projet a été présenté au Nautic de Paris.

Plus d’infos sur http://----escape_autolink_uri:6219924cdfec4a1484e0076f5f84280a----

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire