Groupe Edmond de Rothschild dans le tir groupé du MOD 70 European Tour

Instants magiques au large de Dùn Laoghaire, terme de la première étape offshore de l’European Tour parti de Kiel trois jours plus tôt.
Dans la nuit irlandaise, le trio de tête a surgi groupé après 1 238 milles théoriques de course.
Séparés de quelques centaines de mètres seulement, le podium s’est dessiné en moins d’une minute et dix-sept secondes !

Groupe Edmond de RothschildEn franchissant la ligne d’arrivée à 01h20’26 » (heure française), le trimaran armé par le Baron Benjamin de Rothschild s’adjuge la troisième place d’une bataille de haut vol.
Les honneurs reviennent à Michel Desjoyeaux et ses équipiers, qui ont coiffé au poteau les hommes de Yann Guichard pour trente-une secondes.
Sur l’eau, le spectacle était époustouflant et les marins eux-mêmes, à l’annonce de si faibles écarts, mesuraient la singularité du moment.
Intensité, contact et plaisir sont les dénominateurs communs des déclarations d’arrivée, de même que les sourires sur les lèvres des six hommes d’équipage du MOD Groupe Edmond de Rothschild.

Et pourtant, pour relier l’Allemagne à l’Irlande, rien n’a été épargné aux cinq équipages en lice : du vent fort et de la mer qui les ont accueilli après la pointe de Skagerak, au Nord du Danemark, aux faibles airs qui ont marqué leur entrée en Manche, sans oublier l’incertitude météorologique qui est venue pimenter les cent derniers milles de course, tous les ingrédients étaient réunis pour une confrontation réussie :
« Nous avons connu des conditions météo très variées sur cette étape et cette diversité a donné beaucoup de rythme avec un grand nombre de manœuvres et de présence effective sur le pont. A la différence de la Krys Ocean Race, où nous avions une organisation de quarts très « stricte» et donc des moments de récupération pre-définis, les plages de sommeil ont été réduites ; au maximum trois heures par vingt-quatre heures mais pas d’affilée » confiait Christophe Espagnon.
De son côté, le N°1 du bord, Florent Chastel insistait sur l’engagement humain et physique réclamé par la monotypie « Je ne suis pas issu de la filière Figaro, comme certains à bord, et mon expérience en multicoque s’est forgée notamment sur les courses de l’Orma disputées sur des prototypes. Je découvre donc les joies de la monotypie avec l’intensité des courses au contact. Nous sommes tous à égalité et celui qui gagne est celui qui tire le meilleur parti de sa machine et qui commet le moins d’erreur. Ces courses à armes égales nous amènent à nous dépasser encore plus. »

Toujours au contact de la tête de flotte, les hommes de Sébastien Josse se sont battus jusqu’au bout. Pour preuve, à quelques encablures de la ligne d’arrivée, l’équipage de Gitana XV n’abdiquait pas et déroulait le gennaker (la grande voile d’avant) pour tenter de venir grignoter ces précieux mètres qui les séparaient encore des deux premiers ; un dernier effort réalisé en vain mais qui témoignait bien de l’état d’esprit et de la motivation des hommes du Gitana Team.
Le skipper de Groupe Edmond de Rothschild nous livrait son moment clé de l’étape
« Avant le départ, en analysant les fichiers météos et les routages nous savions que la course pourrait se jouer sur la fin. Michel (Desjoyeaux, ndlr) a su faire preuve de plus d’aisance dans les tous petits airs des dernières heures. Foncia a redémarré plus vite que nous et s’est échappé vers la ligne. La victoire s’est jouée là-dessus. »

Ainsi, fort de son doublé (Kiel City Race et course offshore) Foncia prend logiquement la tête du classement provisoire avec 65 points au compteur. Il devance Spindrift Racing et Groupe Edmond de Rothschild, qui enregistrent respectivement 58 et 54 points.

Dès vendredi, les six équipiers de Groupe Edmond de Rothschild, accompagnés pour l’occasion de deux autres navigants de l’équipe, vont disputer la première journée des Dublin City Race :
« Le Tour de l’Europe a un programme ambitieux. Nous enchaînons des courses au large, qui peuvent être usantes, avec des City Races, qui réclament beaucoup d’énergie à l’équipage de par leur format. Ce rythme est un paramètre à prendre en compte et pour gagner cette épreuve il faudra bien sûr être bons mais surtout réguliers » analysait le skipper de Groupe Edmond de Rothschild.

 L’équipage du MOD Groupe Edmond de Rothschild sur l’Etape 1
Sébastien Josse (Skipper), David Boileau, Florent Chastel, Christophe Espagnon, Antoine Koch, Thomas Rouxel

Temps d’arrivée de l’Etape 1 (Kiel – Dùn Laoghaire)
Foncia, arrivé le 6 septembre à 01h19’09 » (heure française)
Spindrift Racing, arrivé le 6 septembre à 01h19’40 » (heure française)
Groupe Edmond de Rothschild, arrivé le 6 septembre à 01h20’26 » (heure française)
Race for Water, arrivé le 6 septembre à 01h54’25 » (heure française)
Musandam – Oman Sail, arrivé le 6 septembre à 2h54′ (heure française)

Sébastien Josse et ses hommes bouclent leur parcours en 3 jours 10 heures 50 minutes et 26 secondes. L’équipage de Groupe Edmond de Rothschild a été le plus véloce sur l’eau puisqu’il enregistre une vitesse moyenne de 16,96 nœuds sur les milles réellement parcourus ; 1 405 milles contre les 1 238 de l’orthodromie.

 Classement de l’European Tour (après Kiel City Races et l’Etape 1 entre Kiel et Dùn Laoghaire)

Foncia – 12 + 50 + 3 * = 65 points
Spindrift Racing – 11 + 46 + 1*= 58 points
Groupe Edmond de Rothschild – 10 + 42 + 2* = 54 points
Race for Water – 8 + 38 = 46 points
Musandam – Oman Sail – 9 + 34 = 43 points

* correspond aux points bonus attribués aux trois premiers bateaux à l’issue du parcours côtier disputé à Kiel le 2 septembre

 Le Tour de l’Europe en cinq étapes

L’European Tour est la deuxième épreuve du Multi One Championship, après la Krys Ocean Race qui a eu lieu début juillet entre New York et Brest.
Au total, les cinq équipages en lice devront parcourir plus de 5 000 milles nautiques en cinq semaines sur un tracé Nord – Sud!
Outre les courses dites offshores entre les villes étapes et disputées à six équipiers par bateau, les MOD 70 s’affronteront sur des régates en baie appelées les City Races où le nombre de marins embarqués est porté à huit.
Une épreuve complète et exigeante placée sous le signe de l’intensité.
Kiel (Allemagne)
Kiel City Races : du 31 août au 1er septembre
Etape 1 – 1238 milles : Kiel – Dun Laoghaire (Dublin), départ dimanche 2 septembreDun Laoghaire (Irlande)
Dublin City Races : du 7 au 8 septembre
Etape 2 – 1215 milles: Dun Laoghaire (Dublin) – Cascais, départ dimanche 9 septembre Cascais (Portugal)
Cascais City Races : du 14 au 16 septembre
Etape 3 – 558 milles : Cascais – Cascais (Around Portugal Race), départ lundi 17 septembre
Etape 4 – 1071 milles: Cascais – Marseille, départ jeudi 20 septembre Marseille (France)
Marseille City Races : du 28 au 29 septembre
Etape 5 – 672 milles : Marseille – Gênes, départ dimanche 30 septembre
Gênes (Italie)
Arrivée de l’étape 5 : mardi 2 octobre

 Gitana, dans le sillage d’une passion
Depuis plus de 130 ans, « Gitana » évoque d’emblée une lignée de bateaux qui dit la passion d’une famille animée depuis toujours du goût de l’excellence. Les Rothschild perpétuent une tradition faite de savoir vivre et d’innovation, de performance et de beauté, une histoire où chaque génération laisse une empreinte singulière.
En 2000, le Baron Benjamin de Rothschild conduit la saga Gitana vers les multicoques et crée le Gitana Team, une écurie de course au large de haute technicité dédiée à la passion de la vitesse sur l’eau et à l’éclosion des talents. Depuis Gitana IX, comme autant de chapitres d’une histoire toujours renouvelée, Gitana X, Gitana 11, 12, 13, Gitana Eighty ou encore Gitana Extrême ont tracé des sillages toujours plus longs sur toutes les mers du globe. Du travail acharné d’une équipe sont nées d’inoubliables aventures humaines et des victoires retentissantes. Acteur historique du multicoque à l’échelle mondiale, Benjamin de Rothschild a mué une passion familiale en école de l’excellence.

Les voiliers du Gitana Team portent les couleurs du Groupe Edmond de Rothschild.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire