HMS obtient un contrat fabuleux pour le plus grand navire jamais construit à Saint-Nazaire.

HMS, filiale du groupe IEC, a été choisi par le chantier naval STX France pour déployer les équipements audiovisuels à bord du 3ème navire de la classe Oasis pour le compte de la Royal Caribbean International.

Les caractéristiques de ce navire sont impressionnantes : 20 ponts, 360 mètres de long, 66 mètres de large, 72 mètres de haut et 2700 cabines pour 8000 passagers et membres d’équipage.

L’Oasis III sera une version améliorée de ses deux sister ships construites sur le chantier STX de Turku en Finlande. Le A34, comme on l’appelle sur le site, sera livré en 2016.
Il est à noter que l’armateur peut procéder courant premier semestre 2014 à une levée d’option sur un second navire identique, livrable en 2018.
salon paquebot STXAu sein de ce géant des mers, HMS interviendra sur les 56 locaux publics dont le théâtre, le studio B, l’aquathéâtre, la royale promenade… Le groupe sélectionnera et installera des équipements d’entertainment de nouvelle génération : audio, vidéo, lighting et machinerie scénique.
Pour HMS, le défi consiste à intégrer l’ensemble des équipements d’entertainment tout en respectant un cahier des charges très précis : qualité, coûts, délais…

Monsieur Paquet, directeur des achats chez STX France précise « Le premier savoir-faire de HMS est de conseiller et d’intégrer des équipements novateurs qui respectent l’environnement hostile et les contraintes à bord. Le second est lié aux spécificités des métiers du maritime qui imposent une cadence et des délais de réalisations très rapides. Il est nécessaire de faire preuve de flexibilité et d’une coordination sans faille avec les autres corps de métiers pour répondre avec succès aux enjeux de ce projet. »

A propos de HMS, filiale du groupe IEC :

Depuis 30 ans HMS conçoit, déploie et intègre des solutions audiovisuelles à bord des navires de croisière. Le spectre des études et des travaux réalisés à bord est très large puisque cela va du système de sonorisation publique à bord (public address) à la machinerie scénique du théâtre en passant par l’ensemble des systèmes de sonorisation, d’éclairage et d’affichage dynamique du navire dans les lieux de divertissement.

Le futur navire de la Class Oasis

Après une confirmation de commande le 27 décembre 2012 et neuf mois d’études de conception, la phase industrielle est désormais lancée et la livraison du navire est prévue au printemps 2016.
« Les navires de la classe Oasis ont fondamentalement changé la croisière avec les nombreux équipements et d’innovations proposés à bord », a déclaré Richard Fain. « Nous sommes ravis de pouvoir offrir un troisième navire de la Classe Oasis à nos clients ainsi que de collaborer avec STX France chez qui nous avons déjà construit de nombreux navires particulièrement innovants. »
Laurent Castaing, Directeur général de STX France : « Nous avons construit 12 navires de la compagnie Royal Caribbean International et sommes extrêmement fiers de la longévité de notre relation. Le troisième navire de la Classe Oasis est l’un des plus grands défis jamais entrepris dans l’histoire de notre entreprise et nos équipes sont très enthousiastes et prêtes à s’investir dans la construction de ce navire »

Les navires de la classe Oasis, inaugurée en 2009 avec l’Oasis of the Seas®, représentent le summum de l’innovation selon Royal Caribbean International. Ils ont révolutionné le design habituel des navires de croisière en proposant pour la première fois une superstructure ouverte sur une véritable promenade intérieure proposant une tyrolienne, un manège artisanal et un véritable parc arboré agrémenté de restaurants, bars et boutiques.
La classe Oasis propose également des équipements exclusifs à Royal Caribbean, tels que les simulateurs de surf FlowRider, mais aussi une patinoire ou un espace aquatique pour les enfants.
Les navires de la Classe Oasis, l’Allure of the Seas® et l’Oasis of the Seas® naviguent principalement dans les Caraïbes et dans les Bahamas – destinations particulièrement plébiscitées par les passagers français.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire