Il est une fois sur l’Ile de Nantes, un Carrousel pas comme les autres !

L’art forain réinventé sur l’Ile de Nantes.
Après ses machines, ce sera cette fois le Carrousel des monstres marins !!
Si vous passez par là vous verrez déjà ces bêtes gigantesques, impressionnantes, et d’une conception tellement étonnante.
Il y a déjà ces nefs abritant le grand éléphant, la galerie et les ateliers, la deuxième partie du projet des Machines de l’île, imaginé il y a plus de 10 ans est maintenant ce carrousel monumental de 25 m de haut sur 23 m de diamètre environ positionné en bord de Loire

Les qualificatifs ne manquent pas pour se laisser surprendre par la réalisation de ces idées extraordinaires, voire rocambolesques .
Imaginées il y a une quinzaine d’années, le projet qui a donc déjà vu le jour à travers ces monstres terrestres, offrira à travers ce Carrousel de Nantes des sensations marines fantastiques.
35 monstres marins sur 3 niveaux vont pouvoir nous faire tourner la tête dans ces profondeurs abyssales bien ancrées sur l’Ile de Nantes.
Une réalisation que seuls de brillants artistes pouvaient offrir à l’être humain toujours à la recherche d’étonnements , de sensations, d’évasion ! Malgré toute la conception « ferraille » et peut-être un peu Madmax, une certaine poésie se dégage de ces machines qui vont pouvoir se laisser apprivoiser par les aficionados de l’art forain.
La magie du spectacle offrira à ses aventuriers embarqués sur ces monstres des tours de manège inégalables.
Un projet qui aura coûté 10 millions d’euros, mais qui s’est fixé pour ambition d’offrir à cette région de subsides retombées et la fierté de ses auteurs.

Le carrousel de Nantes devrait ouvrir l’accès à ses montres marins le 15 juillet 2012.
Une autre belle histoire qui rejoint celle déjà existante sur l’Ile de Nantes.

Rencontré sur le stand des pays de Loire au Nautic de Paris François Delarozière le co-auteur des Machines de Nantes
A écouter avec attention  l’ de François Delarozière co auteur du Carrousel de Nantes

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire