La proposition de réforme de la politique commune de la pêche ne fait pas l’unanimité

A Lorient les eurodéputés de la commission pêche du parlement européen affichent un front uni contre la proposition de réforme de la politique commune de la pêche.

Pôle majeur de la pêche bretonne et française, Lorient-keroman est aujourd’hui le 1er port de la plus grande région halieutique d’Europe et entend maintenir sa position de leader et son objectif de port durable.

Norbert MÉtairie, président de Cap l’Orient agglomération, maire de Lorient a reçu le 22 février  la délégation de la commission pêche du Parlement européen conduite par le député Alain CADEC.

Une rencontre qui avait pour objectif d’échanger avec les professionnels du secteur de la pêche bretons sur les grands thèmes de la réforme de la politique commune de la pêche en cours, et qui fatalement a débuté par une visite du port de Lorient-Keroman.

Le port a déjà investi plus de 15 millions d’euros et poursuit sa modernisation et le développement des services pour la transformation et le négoce avec notamment l’achat d’équipements collectifs de valorisation au service des mareyeurs.

Le député italien Guido MILANA, vice président de la commission pêche a souligné l’exemplarité du premier port de Bretagne:
« Lorient a une organisation portuaire unique avec un fonctionnement optimum du cycle de production. Les équipements performants permettent de traiter efficacement 26 000 tonnes de poisson chaque année sur un port propre comme on n’en voit rarement. »

Rareş-Lucian NiculescU, Alain Cadec, Estelle Grelier et Norbert MétairiePour Alain CADEC, vice président de la commission pêche « la visite d’un port emblématique de la pêche comme Lorient est l’occasion de souligner l’importance du rôle de Cap l’Orient agglomération et de son lobbyiste Nicolas Teisseire, missionné pour défendre les intérêts de la pêche et très présent à Bruxelles.
L’objectif principal des parlementaires européens dans le cadre de la codécision est de faire passer un message fort : Nous sommes unis pour défendre le modèle de pêche durable, intelligent et économiquement viable. Nous réaffirmons notre soutien à cette pêche et notre opposition aux propositions de réformes de la politique commune de la pêche actuellement formulées par la commission. »

La députée Estelle GRELIER le confirme : « nous partageons la même vision. Cette réforme ne parle ni d’emplois marins ni de la nécessité d’adapter la flottille. Mais il faut des moyens. Nous serons très mobilisés dans l’année qui vient. »

Le député roumain Rareş-Lucian Niculescu partage la position d’Alain Cadec et rappelle que
« la priorité est de fournir des produits alimentaires issus de la pêche responsable qui garantissent un revenu au pêcheur. Le parlement européen mettra tout en œuvre pour peser dans la réforme de la PCP. »

Norbert MÉtairie l’affirme :
« La pêche a un avenir et est rentable. Je souhaite une localisation durable de cette activité, attachée à son territoire et que nous soutenons. Nous menons un combat commun et uni pour éviter des mesures préjudiciables aux pêcheurs et à toute la filière. Les professionnels gèrent bien la ressource et montrent chaque jour leur capacité à s’adapter. Les problèmes immédiats concernent surtout le renouvellement de la flottille et l’installation des jeunes pêcheurs ».

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire