La Royal Navy sauve in extremis 6 marins pêcheurs

Cela s’est passé dans la nuit de samedi à dimanche. Pris au piège de la houle, les six marins-pêcheurs du Guilvinec ont frôlé la mort, grâce à la Royal Navy ils ont pu être récupérés avec de grandees difficultés d’une mer déchainée.

Selon les informations du Télégramme sur son site, le Sillon naviguait au large de la côte anglaise « quand une vague de 9 à 10 m de haut -qu’on appelle scélérate- a littéralement décapité la passerelle », relate le Télégramme sur son site
. « Ils n’étaient pas en train de pêcher, commente sur LCI Dominique Faou, président de l’armement coopératif breton. Selon notre jargon, ils étaient en cape, c’est-à-dire qu’ils attendaient que le mauvais temps passe ». Les six marins-pêcheurs breton, « privés de radio, de propulsion, d’électricité, ont pu donner l’alerte grâce à un téléphone après s’être mis à l’abri des déferlantes », précise le Télégramme.
Un hélicoptère s’est rapidement rendu sur zone.
Mais pour être hélitreuillés, les cinq marins ont dû d’abord sauter à l’eau puis lutter pour récupérer le câble, explique le Télégramme. Le jeune patron-pêcheur, Pierre-Marie Briand natif de Bréhat, est lui resté sur le chalutier. Mais celui-ci a coulé. Il sera finalement récupéré « après de très très longues minutes » par une vedette des gardes côtes anglais. Ramenés à la base de la Royal Navy située à Culdrose, en Cornouailles, les six Français sont sains et saufs.
    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire