Lancement au Chili de la 5ème édition de la Monaco Blue Initiative ( les 1er et 2 juillet 2014)

C’est à la Maison des Océans que Son Excellence M. Bernard Fautrier, Vice-Président et administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco et M. Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique, Fondation Albert Ier, Prince de Monaco, ont présenté le programme de la : 5ème édition de la Monaco Blue Initiative(MBI) qui se tiendra les 1er et 2 juillet 2014 à Santiago du Chili.

Cette année encore, une 50aine de décideurs politiques, entrepreneurs, scientifiques, représentants de la société civile et d’organisations non gouvernementales, experts de haut niveau des océans ont répondu présents à l’invitation de la Monaco Blue Initiative.
Ils vont confronter leurs expériences et mutualiser leurs solutions et bonnes pratiques.
Cette plateforme internationale de dialogue et d’échanges visant à faire émerger une gestion plus durable des océans se concentrera cette année sur les grands thèmes suivants :

Aquaculture fjord Norvège Photo A.Cassim

La pêche et l’aquaculture :
Comment développer une aquaculture responsable, complémentaire d’une pêche maîtrisée ? Les produits de la mer nourrissent plus d’un milliard de personnes dans le monde. Quand l’aquaculture représentait moins de 15 % des poissons pêchés dans océans en 1990, elle représente plus de 40% aujourd’hui. Avec la croissance du marché mondial pour les ressources à base de poisson, d’importantes leçons peuvent être tirées des systèmes actuellement en place au Chili et dans le monde.
Fort de l’exemple chilien, 8ème producteur mondial d’aquaculture qui n’a pas échappé aux excès de
la productivité avant d’entamer le virage de l’aquaculture durable, la MBI recensera les modèles économiques et écologiques pertinents et proposera un panorama des bonnes pratiques pour un développement maitrisé de l’aquaculture mondiale.

Le financement des Aires Marines Protégées (AMP):

Comment répondre aux besoins des AMP en rassemblant des fonds publics et privés?
Le besoin de financement est une réalité pour créer et gérer dans la durée des AMP et protéger notre environnement. Un des éléments clés est de réussir à rassembler des fonds privés et publics.
La création d’un Fonds fiduciaire méditerranéen en 2013 a rencontré un grand écho international.

Une meilleure intégration économique et sociale des communautés dans les projets d’AMP :
Comment intégrer les communautés locales dans les processus de protection et ainsi garantir l’acceptation et l’efficacité des mesures de gestion ?
Les Aires Marines Protégées ont prouvé leur efficacité.
La gestion de ces sites ne prend parfois pas suffisamment en compte l’économie et les communautés locales. Une solution potentielle serait d’améliorer la relation entre l’environnement et le développement des activités économiques en s’appuyant sur le tissu économique et les populations locales.
La MBI veut faire rimer développement écologique avec croissance économique en proposant des modèles qui associent les populations locales.

Cabillaud photo A.CassimLa Gouvernance des espaces en Haute Mer :
Quel cadre juridique, dispositifs de contrôle et mesures de protection pour ces zones exploitées librement et non surveillées ?
L’exploitation en Haute Mer n’est toujours pas réglementée et fait l’objet d’une exploitation libre et loin de tout contrôle. En partant du cas concret de l’Antarctique, l’accent sera mis sur la coopération internationale pour la protection de ces zones encore relativement préservées.
La MBI offrira un nouvel éclairage, notamment avec l’intervention de Jose Maria Figueres, ancien Président du Costa Rica et co-président de la Global Ocean Commission, quelques jours après la publication des recommandations de cette dernière.

Pour plus d’infos :
www.monacoblueinitiative.org/fr/

Et pour suivre les débats : twitter avec le hashtag : #MBIocean2014

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire