Le défi écologique de la VELUX 5 OCEANS

Deux skippers de la VELUX 5 OCEANS feront un tour du monde uniquement avec des énergies renouvelables, l’occasion pour l’un d’entre eux de tester les hydrogénérateurs développés à La Rochelle.
Tous se sont engagés pour réduire l’utilisation des énergies fossiles et respecter les bonnes pratiques de navigations.
Avant leur départ, ils signeront le vendredi 15 octobre à l’Hôtel de Ville de La Rochelle une charte de l’Eco-Marin initiée par l’association rochelaise Echo-mer.

La Tour de l Horloge de la Rochelle » Ville verte avant l’heure »
La Rochelle
a su se développer en respectant la préservation de la qualité de ses espaces naturels et maritimes et leur biodiversité…
Dans cette vague du développement durable elle a suscité l’émergence d’innovations technologiques de pointe sur le territoire.
En exemple les bateaux électro-solaires pour le transport de passagers (Société Alternatives Energies / Philippe Pallu de la Barrière), ou des hydrogénérateurs pour la production d’énergie à bord des voiliers (Société Watt and Sea / Yannick Bestaven).

A l’image de ce développement durable la VELUX 5 OCEANS  qui s’est ancrée a La Rochelle a de ce fait décidé d’intégrer dans ses règles de course des contraintes environnementales.

A bord de bateaux de la toute nouvelle classe Eco 60, les skippers pratiqueront une navigation sportive et « propre », en limitant l’utilisation des énergies fossiles et en respectant des pratiques éco-responsables.

Eco60 le PingouinLa Classe Eco 60

Une nouvelle classe à la fois plus respectueuse de l’environnement et plus abordable est inaugurée pour cette édition de la VELUX OCEANS. L’objectif est de rendre plus accessible cette course au large en limitant le coût du budget et encourager des pratiques environnementales positives.
Les bateaux étant tous des 60 pieds ayant déjà participé à d’autres grandes courses,

Sir Robin Knox Johnston , Président de la VELUX 5 OCEANS était lui-même à la barre d’un Eco 60 dans l’édition 2007:
« Dans une course au large, pour terminer premier, il faut d’abord terminer la course » d’ajouter
« Et cette classe Eco 60 propose un premier tremplin aux skippers de demain ».

Si tous tous les skippers se sont engagés à limiter l’utilisation d’énergie fossile, deux d’entre eux ont pris le pari de terminer la course en utilisant uniquement des énergies renouvelables : solaire et éolienne pour le canadien Derek Hatfield, solaire et hydrolique pour l’américain Brad Van Liew sur son voilier « le Pingouin ».

« Active House » le bateau écologique de Derek Hatfield sera équipé de deux hydrogénérateurs comme source principale d’énergie, en embarquant une quantité minimale de carburant, pour la sécurité (20 litres à chaque étape).
Il va prouver que cette technologie dernière génération développée par l’entreprise rochelaise Watt&Sea (www.wattandsea.com), complétée par des panneaux solaires, permet d’assurer l’alimentation intégrale du bateau, pilote et ordinateurs compris, quelque soit la durée de la navigation…Eco 60 Active House

Limiter l’utilisation d’énergie fossile c’est éliminer les émissions de gaz à effet de serre et de particules polluantes (entre 200 et 300 litres de gasoil utilisés pour un tour du monde en Open 60).
Ce gain environnemental s’accompagne aussi d’un gain dans le confort de navigation : allègement des bateaux, diminution du temps de maintenance mécanique, confort sonore et thermique…

Les skippers s’engageant à réduire leur impact sur la mer et sa biodiversité vont signer pour la première fois une charte de l’Eco-marin, initiée par l’association rochelaise Echo-Mer pour la protection de la mer et de l’environnement. (www.echo-mer.com)
Gestion de la production de déchets, utilisation de produits dégradables, respect des règlementations, attention portée aux espèces vivant en mer, travail de veille et d’information…
Les 13 articles qui composent la charte de l’Eco-marin engagent les skippers à limiter leur empreinte et se faire les ambassadeurs d’une vision moderne et raisonnable de la navigation.

DEPART DE LA VELUX 5 OCEANS : DIMANCHE 17 OCTOBRE – LA ROCHELLE

www.velux5oceans.com

    Imprimer Commenter Partager

    Une réponse à Le défi écologique de la VELUX 5 OCEANS

    1. pierre dit :

      La véritable écologie c’est le contrôle des naissances. En ce qui concerne l’hydrogénérateur, les modèles style Watts & Sea pratiquent des prix « américains » pour une génératrice du genre Minkota et un carénage relevable presque similaire. Pour conclure, le prix ne correspond pas au produit. Il devrait se situer autour des 1000 Euros, ce qui offrirait encore une bonne marge pour ceux qui savent travailler et non exploiter la filiaire écologique.
      J’ai réalisé une unité avec un générateur italien de 400w, 12vdc, hélice, tige, corde et fixation balcon pour moins de 450 Euros. Si j’avais pu faire fabriquer cet ensemble en chine, il aurait coûté moins de 100! Coté rendement à 7 noeuds: 12AH

    Laisser un commentaire