Le détroit de Cook est la prochaine cible des équipages de la Barcelona World Race

La tête de course s’apprête à vivre son premier gros coup de vent à 1500 milles de ce passage naturel entre l’île du Nord et l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Une fois passé la baston, il faudra ensuite négocier le vaste anticyclone qui barre la route vers Wellington.

Les quatre premiers bateaux ont doublé la longitude du cap Leeuwin, deuxième des trois grands caps de ce tour du monde et se dirigent désormais vers la mer de Tasmanie.
KITO DE PAVENT ET SEBASTIEN AUDIGANE  @A.Cassim
Dans les prochaines heures, Virbac-Paprec 3, MAPFRE, Estrella Damm et dans une moindre mesure Kito de Pavent vont rencontrer ce que l’équipage de MAPFRE a qualifié de « tempête parfaite » : 50 à 55 nœuds d’ouest-nord ouest et une mer très forte.

Pas de panique pour le leader Virbac-Paprec 3 : avec 452 milles d’avance sur leurs deux chasseurs espagnols MAPFRE et plus loin Estrella Damm, Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron, peuvent se permettre de lever le pied quelques heures !

La flotte s’étire sur plus de 6600 km
Dominique Wavre et Michèle Paret (Mirabaud) ont, en vertu de leur expérience, un peu de mal à se satisfaire de leur 6e place.

Boris Hermann et Ryan Breymaier (Neutrogena) s’apprivoisent, apprennent, et font bonne figure malgré les milles perdus.

L’équipage 100% féminin de Gaes Centros Auditivos est dans le même état d’esprit : Dee Caffari et Anna Corbella sont tout sourire en dépit de leur 8e place volée cette nuit par Hugo Boss.

Après 42 jours de mer les 12 vaillants tandems n’ont pas encore accompli la moitié du chemin.
Pour tromper les coups de blues , l’envie de famille, ou la monotonie, un vaste programme les attend, sous forme d’anticyclone à négocier en mer de Tasmanie.

Plus d’infos sur : www.barcelonaworldrace.org

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire