Le MOD 70 Foncia : cap sur les USA pour la Krys Ocean Race

Samedi matin, Michel Desjoyeaux et son équipage larguent les amarres à Port La Forêt. Direction Newport, USA. Arrivée prévue au États-Unis autour du 26 juin.
Pour le MOD 70 FONCIA, ce sera comme une transat anglaise avant la Krys Ocean Race : 2900 milles en atlantique nord pour se mettre dans le bain. Mais sans prendre de risques.

MOD70-FONCIA  @SEA AND CO
Depuis quelques mois Michel Desjoyeaux a pris possession de son trimaran monotype.
Après une mise en route progressive l’hiver 2011, le Team FONCIA depuis février, a navigué pratiquement une semaine sur deux et remporté deux courses ce printemps : le Grand Prix Guyader et l’ArMen Race. Au total : 6500 milles sous les flotteurs, un équipage bien coordonné et un bateau bien préparé.

New York à la voile : une première pour Michel

Début juillet  première grande épreuve du circuit des MOD 70, la Krys Ocean Race, course transatlantique en équipage (6 personnes) à armes égales entre New York  et Brest (départ le 7 juillet). Cinq trimarans sont sur les rangs.
Mais avant de partir, il faut d’abord emmener les bateaux de l’autre côté de l’Atlantique.
Initialement  prévue en milieu de semaine, la date de départ de FONCIA a été repoussée à ce week-end pour éviter une grosse dépression qui circule au large de l’Irlande.
Premier point de chute : Newport (Rhode Island), la Mecque de la voile, où la flottille sera accueillie du 28 juin au 2 juillet.
Puis, destination The Big Apple. « Je ne suis jamais arrivé à New-York à la voile, confie Michel, jusqu’à présent, c’était mon grand regret, mais je vais pouvoir le combler ».

Barrer et vivre à bord

Antoine Carraz (boat captain), Xavier Revil, Sébastien Col, Nicolas Texier et Alban Rossolin seront aux côtés de Michel pour ce convoyage.
Les deux derniers seront remplacés par Manu le Borgne et Jérémie Beyou pour la course.
« L ‘idée est d’y aller détendu et calmement, précise Michel. Il faut que le bateau arrive en bon état et les hommes frais et dispos pour attaquer la suite ».
Ces 2900 milles qui ressembleront au parcours de la transat anglaise, permettront d’affiner les polaires de vitesse du bateau (performances de référence en fonction de l’allure, des conditions de vent, de mer etc..).
Pour les marins, ce sera l’occasion de s’habituer à de longues sessions à la barre, de jour comme de nuit car, nous dit Michel, « tout le monde doit être capable de barrer le bateau pendant la course ». Enfin, et surtout, ces 10 à 12 jours de navigation seront un test idéal pour se familiariser avec la vie à bord :
« à l’intérieur du bateau, c’est un petit boyau. La cellule de vie est plus petite que celle d’un 60 pieds Imoca. Ce n’est pas très confortable, il faut être capable de s’organiser, de ranger ses affaires, de supporter l’autre pour rester efficace ! »

La météo n’est pas très bien calée pour l’instant, mais selon Michel, après une montée un peu musclée vers l’Irlande dans la queue de la dépression, l’équipage devrait adopter une route sud, pratiquement à la latitude des Açores, dans des vents très maniables.
« D’habitude, on part en course et on revient en convoyage, là, c’est l’inverse. Tout cela va nous permettre de nous mettre tranquillement dans le bain. Mais le rythme de l‘aller ne sera pas le même que celui du retour ! Si nous avons des conditions exceptionnelles, on pourrait mettre 5 à 6 jours pour arriver à Brest ».


Le programme

  • 28 juin- 2 juillet : accueil des bateaux à Newport
  • 2 juillet : « Prologue » de 120 milles : convoyage des bateaux vers New York
  • 5 juillet : New York Speed Match
  • 7 juillet, 11 heures locales : départ de la Krys Ocean Race
    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.