Le Nautic et ses activités

Cet avant dernier jour a été riche en évènements, les animations de ce dimanche sur ce site
Ce samedi, le Centre Nautique de Kerguelen Sellor et la Société des Régates d’Antibe – Juan les Pins, respectivement élus meilleure Ecole de Voile et meilleur club sportif de l’année 2014, ont été mis à l’honneur sur la Scène Nautic. Idem pour le gagnant de la Nautic Transat, également présent aujourd’hui portes de Versailles, tout comme les autres vainqueurs des grandes épreuves virtuelles de l’année telles que la Seven Star Round Britain & Ireland, la Clipper Round the World, la Normandy Channel Race ou encore la Lorient Horta Solo. Pour le plus grand bonheur des dizaines de milliers de visiteurs, très nombreux ce dernier week end.
 Top club FFVOILE - © Jérôme Dominé / AFP / Nautic 2014

Top club FFVOILE – © Jérôme Dominé / AFP / Nautic 2014

Le CN Kerguelen Sellor et la SR d’Antibes – Juan les Pins récompensés pour l’année 2014
Un jury composé d’élus et de partenaires de la Fédération Française de Voile, présidé par Armel Le Cleac’h, a élu La Société des Régates d’Antibes – Juan les Pins meilleur club sportif de l’année 2014 puis le Centre Nautique de Kerguelen Sellor meilleure Ecole de Voile de l’Année 2014 – une distinction remise pour la première fois. Ces derniers ont été sacrés à l’issue de la traditionnelle cérémonie des Tops Clubs qui s’est déroulée aujourd’hui pour la troisième année consécutive. Au total, 75 clubs ont été récompensés pour leur investissement dans différents domaines, comme l’apprentissage, le développement sportif, la compétition, le loisir, la sécurité, le voile entreprise et la délivrance des licences clubs.

Jean Kerhoas , Vice-président du département développement, membre du jury des Top Clubs : « Pour la première fois cette année nous décernons le prix de l’École Française de Voile de l’année. Cela nous tenait particulièrement à cœur puisque la Fédération Française de Voile,  c’est également le format loisir et apprentissage. Il nous semblait logique et valorisant d’ajouter cette distinction pour les clubs fédéraux. Le Centre Nautique de Kerguelen Sellor correspond aux critères que nous avions définis avec la prise en compte du nombre de pratiquants, la progression, mais aussi la diversité d’activités. Ce n’est pas une surprise qu’il ait été choisi, puisque c’est lui qui a diffusé le plus de passeports voile cette année.»

Jean-Pierre Churet , Vice-président du département voile légère et également membre du jury :  « La Société des Régates d’Antibes – Juan les Pins a été élu Club Sportif de l’Année 2014 en fonction de plusieurs critères. Ce club possède une excellente dynamique orientée sur la compétition, mais également autour de la vie du club. Il a eu d’excellents résultats avec des titres de Champions de France et d’Europe. De plus, sa politique sportive aussi bien en voile légère qu’en habitable est remarquable. Il possède un vrai équilibre entre performance et convivialité. Le jury a choisi, à l’unanimité,  la SR Antibes – Juan les Pins et ses 1200 licenciés et 700 coureurs classés au Classement National Individuel Fédéral comme lauréat du Club Sportif de l’Année 2014.»

« Laissebeton TPN » vainqueur de la Nautic Transat
Présent pour la sixième année consécutive sur le Nautic, Virtual Regatta a donné le départ de la « Nautic Transat » le vendredi 5 décembre dernier à 19h30, lors de la soirée d’inauguration du salon. Plus de 51 000 joueurs se sont ainsi élancés pour un grand sprint entre New-York et Lorient, à la barre d’un Maxi trimaran et dans des conditions météo bien réelles. Arrivé mercredi dernier après 4 jours 19 heures 21 minutes et 38 secondes de mer virtuels, Patrice Champrenault dit « Laissebeton TPN » – déjà vainqueur de la Lorient Horta Solo sur « Les Gourfilfots TPN », a remporté l’épreuve, devançant d’un peu moins d’une minute le Polonais Piotr Wojtaszko dit « Piwow » et de quatre minutes Patrick au joli pseudo de « Megajactpn ». Le podium a été célébré ce vendredi à 17 heures sur la Scène Nautic, en présence de l’ensemble des vainqueurs virtuels et réels des grandes courses Virtual Regatta de l’année 2014 : Olivier Strievi, skipper de « N53 » (Sodebo Autour du Monde), Philippe Metayer, skipper de « banzai49tpn » (Seven Star Round Britain & Ireland), Jacques-Yves André, skipper de « Kurun56 » (Clipper Round the World) puis Philippe Metayer, skipper de « banzai49tpn » (Normandy Channel Race).

Des rencontres et des dédicaces
Ce samedi, au Nautic, les visiteurs ont pu rencontrer le windsurfer Antoine Albeau, 22 fois champion du monde, le skipper Erwan Le Roux, vainqueur de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2014 en Multi50, le marin-journaliste Fabrice Amédéo, auteur de « Voile Spectaculaire », nominé pour le Prix du livre Maritime L’Express – Nautic ou encore l’aventurier Jimmy Cornell qui a présenté au grand public son périple sur toutes les mers du monde  à travers son projet « Blue Planet Odyssey ». Tous se sont prêtés au jeu des dédicaces et ont échangé avec un grand nombre de passionnés.

Pendant 10 jours, le Nautic est sans doute le plus grand showroom d’équipements de France. Pratiquement toute l’offre d’accastillage, de voilerie, de vêtements outdoor, de systèmes hydrauliques, mécaniques en tous genres est rassemblée Porte de Versailles. Quelques tendances se dégagent, toujours portées par des innovations technologiques.

100 % pratique
Présent pour la toute première fois à Paris, Tribord fait une entrée remarquée au Nautic avec deux produits phares qui vont révolutionner la pratique des loisirs nautiques. Le masque de snorkelling EasyBreath ringardise en effet le duo masque/tuba avec une approche confortable et surtout parfaitement naturelle de la respiration sous l’eau tandis que le gilet Wairgo s’adapte à toutes les activités nautiques, de la voile légère à la nage en mer en passant par le kayak, le SUP et le surf. Petit gilet pectoral autogonflant de 50 Newtons, il assure une flottabilité minimale en cas de besoin par un gonflement buccal ou automatique.

Sur la toute nouvelle passerelle reliant les Halls 1 et 2, la marque 100 % Bretonne Hoalen présente en avant-première une combinaison néoprène hivernal – la Noire, c’est son nom – à un prix défiant toute concurrence, et avec un look toujours aussi soigné. Une offre tarifaire temporaire (jusqu’à fin mars) et sous condition : chaque usager doit s’engager à faire un retour d’usage et de satisfaction auprès du fabricant : Surfer la vague c’est bien, s’assurer de parfaitement satisfaire le pratiquant c’est mieux !

À découvrir enfin, une nouvelle marque textile — Wear is my boat — fondée par deux anciens employés du centre européen des textiles innovants (CETI) qui propose des sous-vêtements techniques améliorant la résistance au mal de mer. Son principe : une membrane réfléchit les infrarouges naturellement émis par l’homme permettant ainsi un auto-réchauffement permanent du corps et le maintien de la tonicité musculaire du plaisancier. Un produit testé avec succès par un équipage lors de la dernière Transquadra.

Électronique, la voie du WiFi
La connectique sans fil limitant la complexité et le poids de l’installation électronique séduit de plus en plus les marins. Furuno lance ainsi le premier radar WiFi de sa gamme. Certes, l’alimentation reste filaire, mais les données sont transmises par les ondes directement vers l’iPad ou l’iPhone du skipper. Exclusivement compatibles avec les appareils Apple, les informations radars ainsi diffusées s’affichent via une application gratuite ou via l’application de navigation Maxsea.

Également sans fil, la sonde SonarPhone Tbox, distribuée par Navionics, permet également l’affichage des informations de profondeur sur un smartphone ou une tablette.

S’adressant cette fois-ci aux possesseurs de tablette Android – en attendant le développement d’une version IOS – la célèbre application de prédiction météorologique et de routage Weather 4D se mue en un très complet logiciel de navigation. Pour 60 €, le catalogue cartographique complet du Shom est ainsi accessible sur tablette. Prévision météo, routage et navigation sont ainsi regroupés sur une même application à un prix défiant toute concurrence.

Concentrant les données d’une centrale de navigation, d’un sondeur, d’un radar, d’un traceur de carte, d’un logiciel de navigation avec la météo et les horaires de marées, la tablette et le Smartphone deviennent les premiers interfaces tactiles et sans fil du navigateur, quelle que soit la taille du bateau. Reste plus qu’à protéger cet écran avec l’une des nombreuses coques étanches et anti-chocs proposées au Nautic, comme les CaseProof, et l’on dispose de l’électronique universelle, économique et nomade du 21ème siècle.

Des équipements très light
Légèreté : tel semble être la devise du hall équipements avec plusieurs nouveautés mettant en avant le gain de poids réalisé. Il en est ainsi du NUB, une nouvelle poulie de friction sphérique de seize grammes très design et capable de résister à des charges de plus de quatre tonnes ! Il en va de même du Baro-plug, un baromètre électronique plug&play se connectant sur le réseau NMEA 2000 du bord et diffusant ses mesures via la centrale de navigation et ses différents afficheurs. L’objectif atteint était le même pour la petite balise individuelle RescueMe MOB1 pesant tout juste 90 grammes et permettant un repérage du naufragé grâce à la technologie AIS. Plus léger enfin le nouveau gilet automatique de Plastimo qui remplacera a terme le modèle Pilot Race grâce à une boucle de harnais textile et non plus inox, grâce aussi à une fermeture par zip en lieu et place des lourdes boucles métalliques. Enfin, l’éternelle bouée fer à cheval trônant fièrement sur les balcons arrières de nos bateaux est elle aussi menacée par la nouvelle perche IOR gonflable de Plastimo, homologuée pour la remplacer tout en apportant une sécurité optimisée.

La caverne d’Alibaba du Nautic est ouverte demain dimanche jusqu’à 19h.

 

Le Nautic – Salon Nautique International

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire