Le Père Jaouen s’en est allé … Que le « Bel-Espoir » lui survive !!

 Plus connu comme le père Jaouen, Michel Jaouen est mort lundi 7 mars à Paris. Il était âgé de 95 ans.

pere-jaouen_2793878_652x434p

Photo Le Télégramme

Pendant plus de soixante ans, il a embarqué des jeunes en difficulté sur des goélettes trois-mâts avec l’objectif de les réinsérer  dans la société.

« Il est mort de sa vieillesse, de son grand âge », a déclaré Marie-Anne Loiselet, sa nièce par alliance. Il est mort « chez lui, à Paris, au siège de l’association » des Amis du Jeudi-Dimanche.

Aider les prisonniers et les drogués

Né sur l’île d’Ouessant (Finistère) le 6 octobre 1920, d’un père médecin, Michel Jaouen commence à 19 ans ses études au séminaire des Jésuites. Puis, pendant la seconde guerre mondiale, il tente de fuir en Angleterre et entre dans la Résistance sous le nom de Jean Lecœur.

Ordonné prêtre en 1951, le père Jaouen devient aumônier à la prison de Fresnes, où il reste treize ans. Il fonde alors l’AJD, Aumônerie pour la jeunesse délinquante (devenue ensuite l’association Amis du jeudi dimanche) puis crée le foyer des Epinettes, à Paris, pour accueillir les jeunes à leur sortie de prison.

Quinze mille jeunes embarqués

Très attaché à la mer et à la Bretagne, il acquiert, avec le père Alain Maucorps en 1968, une goélette à trois-mâts, baptisée le Bel-Espoir, sur laquelle il emmène naviguer des délinquants et toxicomanes, afin de les aider à se confronter aux lois de la mer, et leur redonner goût à la vie.

L’association AJD fait ensuite l’acquisition d’un autre navire, le Rara-Avis en 1973, puis de deux autres trois-mâts. Ce programme de réinsertion, basé à l’Aber-Wrac’h (Finistère), a embarqué plus d’une quinzaine de milliers de jeunes en rupture avec la société.

Source  http://www.lemonde.fr
En savoir plus

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire