Le Salon Européen des Pêches à Nantes


Forte du succès rencontré par la conférence sur la thématique de la Ressource et de comment la partager lors du dernier Salon Européen des Pêches, mais aussi et surtout consciente des enjeux du sujet, Exponantes, la société organisatrice de l’évènement que l’on sait particulièrement engagée sur le thème du développement durable, a décidé de pérenniser le rendez-vous. Le but ? Continuer de délivrer les bons messages et favoriser un temps d’échanges avec les pratiquants. La prochaine rencontre est d’ores et déjà programmée. Elle se tiendra le samedi 13 février 2016 à 15 heures, en présence d’Alain Cadec, Président de la Commission des pêches au Parlement européen, ainsi que des représentant de l’Ifremer et des différentes fédérations.


Salon des Pêches à Nantes

En février dernier, la conférence « Pêche de loisir : quel rôle dans la gestion durable des ressources marines » a suscité l’intérêt du public avec, notamment, l’intervention remarquée d’Alain Cadec, président de la commission des pêches au Parlement européen.

Aujourd’hui, face aux enjeux de la ressource marine, le Salon européen des pêches, qui s’adresse à une communauté importante de pratiquants bien conscients que la pêche amateur n’échappe pas au constat global de fragilité́ des ressources marines et se doit de progresser vers une pêche durable, a décidé d’en faire un rendez-vous annuel. ​« Le fait de pérenniser ce type d’échange avec les pratiquants – ce que je suis moi-même – est une bonne initiative. C’est même nécessaire. Le message est de bien expliquer à mes collègues et amis de la pêche récréative, qu’ils doivent participer à l’effort global de préservation de la ressource », explique Monsieur Cadec, véritable passionné de la mer. « La pêche doit se pratiquer de manière responsable, ce qui veut dire en tenant compte de l’avenir. Préserver la ressource de demain, pour nos enfants et nos petits-enfants. Comme je le dis souvent, « pas de poisson, pas de pêcheur ». Nous devons collectivement préserver la ressource et se la partager intelligemment. Faire preuve de bon sens et ne pas tomber dans l’excès », souligne le député qui rentrera dans le détail lors de la conférence prévue le 13 février prochain, à 15 heures. 

Une prise de conscience collective

Comment la pêche se pratique t-elle et doit-elle se pratiquer ? Pourquoi des mesures sont-elles prises ? Par qui sont-elles appliquées ? Qu’est-ce que cela suppose dans le quotidien des pêcheurs amateurs ? Voilà autant de questions auxquelles les visiteurs du salon trouveront des réponses.

De fait, pour Exponantes, la société organisatrice du salon, très engagée sur le thème du développement durable dans ses activités d’organisateurs et de gestionnaire du site (rappelons qu’en juin 2010, elle a été́ le premier parc des expositions certifié Iso 14001 en Europe), l’important est de délivrer les bons messages et de favoriser un temps d’échanges.

« Aujourd’hui, les pratiquants de la pêche récréative sont tous conscients de la problématique. Aussi, ils font attention au nombre de prises qu’ils réalisent. Ils savent l’importance d’être vigilant s’ils veulent continuer à pêcher certaines espèces pendant de nombreuses années encore. Leur pêche, tout comme la pêche professionnelle, doit être réglementée. Il faut que tout le monde y mette du sien. Pratiquer en bonne intelligence. La mer est un espace universel, certes, mais chacun doit y respecter l’autre. C’est d’ailleurs pourquoi il ne faut surtout pas opposer la pêche professionnelle et la pêche récréative qui, toutes les deux, participent à l’activité économique de manière importante. Nous devons vivre tous ensemble pour continuer à avoir le plaisir de pêcher. De nouvelles méthodes font leur apparition. Les choses s’organisent. Il y a une prise de conscience collective. C’est bien mais ce n’est qu’un début », conclut Alain Cadec qui espère voir les pratiquants nombreux au prochain Salon Européen des Pêches, et en particulier lors de la conférence.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire