Le skipper espagnol Alex Pella vainqueur en Class40 de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe

Ce mercredi 19 novembre, à 07 heures 47 minutes et 08 secondes, le skipper espagnol Alex Pella a franchi la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre de la 10è Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Le skipper de Tales 2 – Santander a mis 16 jours 17 heures 47 minutes et 08 secondes pour boucler le parcours de 3 542 milles à la vitesse moyenne de 8,82 nœuds. Il a parcouru en réalité 4 336 milles à 10,79 nœuds de moyenne. Alex Pella bat de 1 jour 05 heures 23 minutes et 09 secondes le temps de référence dans la catégorie des Class40 détenu depuis 2010 par Thomas Ruyant (17 jours 23 heures et 10 mn).

ROUTE DU RHUM - DESTINATION GUADELOUPE 2014

Alex Pella, qui fêtait son anniversaire (42 ans) le jour du départ de cette 10è édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, ne pouvait rêver plus beau cadeau que cette magnifique première place qui vient récompenser une course exemplaire à la barre de son plan Botin, l’un des plus rapides du circuit.

Fort d’une solide réputation dans le monde de la course au large, le plus français des Catalans n’a jamais fait mentir son statut de favori. Dès le top départ, le skipper de Tales 2 – Santander se place aux avant-postes. Si au terme du plus fort du coup de vent, il déplore quelques bricoles et menues avaries, notamment un solent déchiré, ce touche-à-tout polyvalent, qui barre comme il répare, confirme très tôt qu’il faudra compter avec lui jusqu’au bout. Quand Sébastien Rogues (GDF-SUEZ), l’un des autres grands prétendants à tous les honneurs à Pointe-à-Pitre abandonne, il se place, aux côtés de Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton) et Kito de Pavant (Otio – Bastide Médical), dans le petit trio de leaders qui va dès lors creuser de gros écarts avec le reste des troupes.

Le 11 novembre, dans une copieuse ligne de grains dans laquelle il n’hésite pas à attaquer, il s’empare de la tête. Il ne la lâchera plus jusqu’à la ligne d’arrivée. Mieux, profitant des conditions plus favorables à ceux de devant en approche de la Guadeloupe, il prend la poudre d’escampette. Trois jours avant l’arrivée, il fait le break en reléguant ses plus proches poursuivants à plus de 100 milles derrière. Pendant une semaine, ce marin complet, qui passe d’un support à l’autre avec bonheur et réussite, connu pour avoir  endossé le rôle de skipper à la barre du monocoque IMOCA lors du tournage du film En solitaire dédié au Vendée Globe, caracole vers un succès qui ne peut plus se dérober sous l’étrave de son beau bateau blanc. Très précis dans sa trajectoire, fort de sa vitesse, il ne cède rien dans la farouche bataille d’empannages qui anime la cette 10è édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe d’un rare niveau d’exigence dans des alizés très instables. Pour une première participation, c’est un coup de maître.  Alex Pella signe la course parfaite, récompensant une préparation qui n’a rien laissé au hasard pour porter un projet 100% espagnol performant sur les devants de la scène océanique. Pari tenu…  et haut la main. Bravo Alex !

La réaction d’Alex Pella à son arrivée

« C’était une très très belle course ! La Class40, c’est une belle série, il y a beaucoup de monde, il y a tout le temps la bagarre devant, au milieu, derrière. Je me suis régalé, j’ai pris beaucoup de plaisir. Pour gagner une course, il faut la finir et jusqu’à ce que j’ai passé la ligne je n’étais pas tranquille. Je suis arrivé sans étai ce matin, j’ai coupé l‘étai, ça peut arriver au dernier moment. C’est sûr qu’au départ, j’avais un bon feeling, j’ai un fusible de safran qui a sauté juste au moment du départ, c’était un peu chaud. Après, j’ai rattrapé, je suis passé deuxième à Fréhel, et j’ai vu que j’avais une bonne vitesse, et que je pouvais être devant, mais je me répète, pour gager une course, il faut la finir.

Je regardais beaucoup Kito (de Pavant), car il a super bien navigué, il avait peut-être un déficit de vitesse, mais il était toujours au bon endroit. J’étais content quand on était ensemble, 1er et 2er, c’était super, on jouait les placements. Thibaut (Vauchel-Camus) m’a surpris, je ne le connais pas. Il était tout le temps rapide. »

Le parcours d’Alex Pella

Barcelonais d’origine, Alex a baigné tout petit dans le milieu maritime. Il a tiré ses premiers bords en 1973 à bord d’un voilier en bois de 28 pieds, puis avec ses quatre frères sur le Puma 34 construit par son père. Entre croisières et navigations en Optimist, dès son plus jeune âge, Alex ne pense que bateaux. Ses premières expériences de courses en solitaire, il les vit en tant que préparateur grâce à Bruno et Willy Garcia qui participent aux épreuves du circuit Figaro Bénéteau. Il se lance ensuite sur la Mini Transat, à laquelle il participe à trois reprises (il termine deux fois sur le podium en 2003 et 2005). Plus récemment, il compte parmi les équipiers du Maxi80 Prince de Bretagne sur la Route des Princes aux côtés de Lionel Lemonchois que sa course tonitruante ne surprend pas. Minutieux et travailleur, le Catalan ne lésine rien sur la préparation de ses bateaux. C’est un élément clé qui selon lui représente 70% du résultat en régate.  Son équipe technique est essentiellement composée de bons copains de la Coupe de l’America, de la Whitbread et du circuit TP52.

 

Palmarès

2003 : 3e Mini Transat

2005 : 2e Mini Transat

2010 : 4e Barcelona Word Race (avec Pepe Ribes)

2011 : 2e Mondial Class40 à Bénodet

2013 : 2e Transat Jacques Vabre

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire