Le « trait de côte » pour une gestion du littoral face à l’érosion côtière

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche ont installé ce jeudi 22 janvier,  le comité national de suivi de la « stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte » relative à l’érosion côtière. Ce comité est co-présidé par Pascale Got, députée de Gironde, et Chantal Berthelot, députée de Guyane.

Littoral Bretagne Photo A.Cassim

Les travaux de ce comité national sont une priorité dans la perspective de l’organisation de la Conférence Paris Climat (COP 21) et dans le prolongement des débats intervenus dans le cadre de la table ronde sur le Climat lors de la Conférence environnementale de novembre 2014. La France et ses territoires littoraux doivent être en capacité de faire face aux évolutions de court, moyen et long termes dues au climat par la mise en place de stratégies territoriales durables.

Composé de différents collèges, ce comité a pour mission :

  • d’assurer les échanges sur les différentes actions de la stratégie nationale,
  • de faire des propositions pour la mise en œuvre d’une politique de gestion intégrée du trait de côte, cohérente avec les autres politiques publiques qui s’appliquent sur le littoral tant en métropole qu’en outre-mer.

Les tempêtes hivernales que notre pays a connues ont montré la fragilité du littoral face à un phénomène d’érosion très prégnant sur certains territoires. Le rapport récemment produit par l’observatoire de la côte aquitaine atteste des conséquences sur le littoral de ce secteur.

En complément des mesures d’urgence prises par le Gouvernement, vont être mis en place les outils permettant aux territoires littoraux d’anticiper ces phénomènes d’érosion littorale.

Dans ce cadre, la feuille de route du comité portera sur les actions prioritaires à conduire en 2015 dans l’Hexagone comme dans les  outre-mer :

  • l’élaboration de la première cartographie nationale de l’évolution du trait de côte,
  • la mise en place d’un réseau national des observatoires du trait de côte,
  • la réalisation d’un atlas national de référence pour la connaissance de la dynamique des côtes françaises,
  • la réalisation d’un plan d’actions reprenant les enseignements des 5 expérimentations en cours pour initier la relocalisation des activités et des biens et la recomposition spatiale des territoires menacés par les risques littoraux.

L’enjeu pour les collectivités du littoral et l’État consiste à anticiper, dans une vision partagée, l’évolution du littoral en faisant des choix d’urbanisme et d’aménagement cohérents, adaptés aux phénomènes naturels, ceci afin de planifier dès à présent le développement durable de ces territoires.

Source :    www.developpement-durable.gouv.fr

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire