Les bateaux sur l’eau de la Transat AG2R

La première nuit en mer a été plutôt douce mais active sur les ponts des dix-neuf Figaro Bénéteau en route vers l’Espagne. Après la marque Jaune des Glénan, la flotte s’est dispersée en longitude à tel point que plus de quinze milles séparent le leader à l’Ouest et l’extrême gauche à l’Est.  
 
Si les sons sont encore un peu déformés par le téléphone satellitaire, les voix sont posées et les réflexions claires : à la vacation radio de ce lundi matin, la nuit couvrait encore la flotte qui avait tout de même eu du travail depuis les Glénan. Car le vent de secteur Ouest à Nord-Ouest jouait des tours avec des oscillations de près de 30° et des variations de près de cinq nœuds. Sous spinnaker la plupart du temps, certains ont cherché à rester le plus près possible de la route directe vers le cap Finisterre (orthodromie), d’autres ont choisi de glisser plus vite vers le Sud, d’autres enfin ont opté pour une route intermédiaire. Au final, les Figaro Bénéteau 2 se dispersent sur plus de quinze milles en longitude !

Pac-Mac anticyclonique

Au milieu du golfe de Gascogne ce midi, les coureurs ne se font pas trop d’illusions : la dorsale qui s’étire vers la Vendée a de fortes chances de les couvrir avant que les côtes espagnoles n’apparaissent à l’horizon ! De ce fait, certains comme les leaders Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance) tentent de gagner un maximum dans l’Ouest pour suivre le chemin le plus court quand d’autres plongent plus rapidement vers le Sud à l’image d’Éric Péron & Miguel Danet (Le Macaron French Pastries) les plus à l’Est. Et entre ces deux extrêmes, les premiers à l’issue du parcours préliminaire de Concarneau, Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire) restent aux aguets en milieu de flotte.

Bref, il va falloir attendre le milieu de cette première après-midi en mer pour décanter les options : si la dorsale s’incruste comme prévu, elle risque de « manger » tout le monde et il y aura un nouveau départ… Si elle laisse quelques bouffées d’air perler dans le golfe de Gascogne, il y aura des échappées. À ce stade, rien n’est acquis ! Seule certitude : cette journée de lundi s’annonce capitale pour la suite, en particulier pour accrocher en premier le flux de Nord-Est d’une vingtaine de nœuds qui balaie la pointe Nord-Ouest de l’Espagne ce lundi du côté de Estaca de Barrès, à 150 milles des étraves…

ILS ONT DIT

Nicolas Troussel (Breizh Cola)

« Ça s’est passé tranquillement : la nuit est un peu couverte et le vent bouge pas mal en force et en direction. Du coup, nous avons dû faire quelques manœuvres et compenser à la barre. La flotte est étalée. Pour l’instant, il y a du vent et ça avance mais on devrait s’arrêter à un moment donné. On verra à ce moment-là quelle sera la meilleure trajectoire pour traverser le golfe de Gascogne mais pour l’instant, nous restons concentrés pour faire avancer le bateau. On va devoir passer un moment avec beaucoup moins de vent. On attend le prochain fichier pour voir comment cela évolue. Pour l’instant, nous avons plus de vent que prévu donc ça avance un peu plus vite que ce que nous pensions. Nous nous sommes mis tout de suite dans l’ambiance de la course et je ne vais pas tarder à aller remplacer Gildas car il est à l’œuvre depuis un petit moment. »

Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

« Le vent est très changeant, mais en ce moment, nous sommes sous spi. Ça glisse plus ou moins facilement : il y a de petits grains qui viennent nous perturber. Des fois, il y a 18 nœuds et des fois, il y a 10 nœuds. Nous essayons de doser comme nous pouvons entre se rallonger la route par l’Est et viser le cap Finisterre. Nous essayons d’échapper à la dorsale par le Sud mais en même temps il faut quand même essayer de viser la pointe espagnole. C’est une histoire de dosage. Nous avançons bien vers le but et nous sommes un peu en avance sur les prévisions de routage. Nous avons tous les deux un peu dormi mais nous réglons pas mal. La mer est très calme. Il y a juste une petite houle mais pour une mise en jambe c’est bien. »

Miguel Danet, Macaron – French Pastries :

« Nous ne voulions pas aller plus à l’Ouest pour être bloqués dans la dorsale donc on fait du Sud. Il y a beaucoup d’oscillations de vent, entre 5 et 10 nœuds. Ça glisse bien. Nous sommes mieux qu’avec du Sud-Ouest et 40 nœuds au près. Nous essayons de donner le maximum. Nous tournons assez régulièrement depuis le départ. Eric s’attèle à gérer toute la partie météo car c’est une partie qu’il gère vraiment bien. Le premier qui arrive et qui touche 30 – 35 nœuds le long de la Corogne peut bien s’en tirer. On essaie de respecter notre stratégie et d’y arriver le plus rapidement. Nous sommes confiants, nous verrons le résultat dans deux jours. On va voir comment se passe la nuit prochaine et qui se sort le mieux de cette zone molle. »

 
  CLASSEMENT du lundi 23 avril à 5H  
   

1-    Bretagne – CMB Performance (Sébastien Simon / Morgan Lagravière) à 3757,65 milles de l’arrivée

2-    AGIR Recouvrement (Adrien Hardy / Thomas Ruyant) à 0,58 milles du premier

3-    Groupe Royer – Secours Populaire (Anthony Marchand / Alexis Loison) à 1,27 milles

4-    Sateco-Team Vendée Formation (Benjamin Dutreux / Frederic Denis) à 1,44 milles

5-    Breizh Cola (Gildas Mahé / Nicolas Troussel) à 1,95 milles

 

Retrouvez l’intégralité du classement en cliquant ici

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.