Les enjeux pour « Réussir la conférence climat Paris 2015 »

A la fin de l’année, se tiendra en France la 21e conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies (Cop 21).

Grâce à des préconisations concrètes, le CESE entend avec son avis « Réussir la conférence climat Paris 2015 » apporter sa contribution en se faisant le porte-voix de la société civile. Il a été présenté le 28 avril par ses rapporteurs M. Bernard Guirkinger et Mme Céline Mesquida, au nom de la section des affaires européennes et internationales présidée par M. YvesVeyrier.  Il a été soumis au vote de l’Assemblée Plénière du Conseil économique, social et environnemental et adopté le 29 avril avec 171 votes pour, 0 contre et 1 abstention.

Le 28 avril, sont intervenus la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, Michel Jarraud, secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, et Jean Jouzel, vice-président du groupe scientifique du GIEC.
Le 29 avril, se sont exprimés le sous-secrétaire général aux changements climatiques représentant officiel de Ban Ki Moon pour la COP 21, JanosPasztor,
 le ministre des Affaires étrangères et du développement international Laurent Fabius et Guy Ryder, directeur général de l’Organisation internationale du Travail. La présence de ces intervenants témoigne d’une forte mobilisation générale autour de la préparation de ces négociations climatiques.

NY photo AC

VALORISER ET ENCOURAGER LES INITIATIVES POSITIVES

Les initiatives visant à combattre le dérèglement climatique prises par les villes, les régions, les entreprises, les ONG ou encore par les citoyens eux-mêmes se multiplient de par le monde. Toutes ces démarches, que soutient le CESE, sont autant d’interpellations à l’adresse des dirigeants et de pouvoirs publics pour accélérer le pas vers la conclusion d’un accord international qui permettra de réduire les consommations d’énergie, produire et consommer différemment, et œuvrer pour la mise au point de procédés et technologies sobres en carbone.

Les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) indiquent que l’augmentation des gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2100 aura des répercussions majeures sur l’ensemble des écosystèmes et des activités humaines. Conscient de l’enjeu, le CESE renouvelle son soutien à l’objectif de diviser par 4 les émissions de GES à l’horizon 2050 et encourage l’amplification de la mobilisation contre le changement climatique.

En décembre 2015, la conférence internationale (COP 21) réunira à Paris les Etats signataires de la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC). Le CESE a donc souhaité établir le bilan et les perspectives de la politique française d’atténuation du changement climatique.

Dans ce contexte, le CESE préconise aussi d’encourager toutes les formes de dialogue environnemental au plus près du terrain pour susciter la participation et l’adhésion des populations.

« La réduction des émissions de gaz à effet de serre est un très large défi mondial, dans lequel la France a son rôle à jouer. C’est un défi de moyen terme, mais le succès dépend de notre capacité à agir à court terme. Il n’y aura de réponses efficaces que si elles s’ancrent dans la réalité économique, sociale et environnementale des territoires » souligne le rapporteur Gaël Virlouvet.

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire