Les esprits s’échauffent du côté de la Jacques Vabre : départ dimanche

Les conditions météorologiques du début de course de la Transat Jacques Vabre 2011 commencent à préoccuper les 36 équipages engagés.
Autant le départ devrait être tranquille, autant les jours suivant promettent des moments difficiles.
Les skippers ont suivi le briefing sécurité d’une oreille d’autant plus attentive.

Transat Jacques Vabre 2011 	© Alexis Courcoux L’édition 2009, lors du sauvetage de Sébastien Josse et Jean-François Cuzon, l’a encore prouvé.
Pour les marins, connaître sur le bout des doigts les procédures est un gage d’efficacité et une sécurité supplémentaire pour eux-mêmes, mais aussi pour leurs sauveteurs.
C’est tout le sens du briefing sécurité dans lequel un représentant du CROSS Jobourg, des pilotes de la 24F (avions) et la 32F (hélicoptères) ont rappelé les « bonnes conduites » à tenir dès lors qu’interviennent des moyens aéroportés, lors d’un appel de détresse.
Loin du syndrome, « l’accident n’arrive qu’aux autres », tous les skippers savent à quel point c’est aussi faire preuve de responsabilité que de savoir envisager le pire pour mieux l’affronter en cas de nécessité.
Exposé détaillé des conditions d’intervention, films de démonstrations à l’appui, les skippers ont eu droit à un balayage le plus exhaustif possible des conseils donnés par les hommes du sauvetage.
En complément, les navigateurs ont écouté les conseils du docteur Chauve avant de se pencher sur les instructions de course en compagnie de Jean Maurel, le directeur de course.

Le golfe de Gascogne dans les têtes

Les premiers jours de course pourraient déjà procéder à un premier écrémage de la flotte. Si les premières vingt-quatre heures laissent présager une sortie de Manche relativement paisible, la situation devrait se dégrader rapidement. Une profonde dépression sur le proche Atlantique risque de générer des vents forts et une mer difficile à négocier.
Dans ces conditions, les concurrents pris à froid, doivent d’emblée trouver le bon rythme au risque, soit de se laisser distancer, soit de casser du matériel.
Savoir où mettre le curseur dans ce début de course est un exercice d’autant plus délicat que les corps et les têtes ont tous besoin d’un temps d’adaptation. La transition de la terre vers la mer n’est pas toujours simple.

Les tenants du titre 2009 (20 inscrits, 6 abandons) :

Imoca :
Safran, Marc Guillemot – Charles Caudrelier Bénac

Arrivés le 24/11/2009 en 15 jours, 19 heures, 22 minutes et 10 secondes à 12.46 nœuds de moyenne

Multi 50 :
Vainqueur : Crêpes Whaou ! , Franck Yves Escoffier – Erwan Le Roux

Arrivés le 24/11/2009 en 15 jours, 15 heures, 31 minutes et 50 secondes à 13.41 nœuds de moyenne

www.transat-jacques-vabre.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire