Les skippers de la Barcelona World Race s’associent à la poupulation de Christchurch

C’est à l’heure où Mirabaud embouquait le détroit de Cook au large de Wellington que la terre a tremblé sous les latitudes lointaines.
En mer, Dominique Wavre et Michèle Paret n’ont pourtant rien ressenti.
Mirabeau D. Wavre -M.Parret

Les skippers de la course, les équipes techniques, les organisateurs de la Barcelona World Race se joignent à la grande communauté de la voile pour apporter leur soutien et leur solidarité aux habitants de Christchurch et à la Nouvelle Zélande, durement touchés par le terrible tremblement de terre.
Témoignage des coureurs :

Pepe Ribes (ESP) Estrella Damm, depuis Wellington (Nouvelle-Zélande) : “Tout le monde ici est vraiment affecté par la tragédie qui arrive ici, en Nouvelle-Zélande, un pays qui a toujours su nous accueillir si chaleureusement, et où tout le monde est si gentil. Tous les problèmes que l’on rencontre pendant la course nous apparaissent sous un angle différent. Nous espérons vraiment que Christchurch va pouvoir se reconstruire et toutes nos pensées vont vers les habitants de là-bas. »

Juan Merediz (ESP) Central Lechera Asturiana : « La nouvelle du tremblement de terre est un grand choc pour nous, nous venons juste de l’apprendre. Ca nous touche beaucoup d’autant que nous sommes là à vivre nos rêves alors que d’autres dans le monde sont en train de perdre les leurs. »

Jaume Mumbrú (ESP) We Are Water : « Nous envoyons tous nos messages de soutien pour les malheureuses personnes de Nouvelle-Zélande. Nos pensées les accompagnent. »

Dee Caffari (GBR), GAES Centros Auditivos :

La navigatrice britannique Dee Caffari, sur GAES Centros Auditivos, attendait avec impatience de revoir un ami de longue date Dave Greenberg, pilote d’hélicoptère de secours, lequel avait participé à l’évacuation médicale d’un équipier de Dee lors du Global Challenge 2004-2005. Mais Greenberg a été appelé pour intervenir à Christchurch.
“Nos coeurs vont vers toutes les personnes qui ont été affectées par le tremblement de terre. Nous étions vraiment excitées à l’idée de voir Dave qui était là pendant notre sauvetage il y a quelques années, mais je sais qu’il doit être entrain de travailler là où l’on a le plus besoin de lui. Ca remet toutes les choses en perspective. »

Du côté de la tête flotte, les écarts se resserrent toujours sur un air d’accordéon. Progressant sous l’influence des vents de nord de 15-20 nœuds en bordure ouest d’un anticyclone, MAPFRE est toujours lancé aux trousses de Virbac-Paprec 3 pénalisé par son avance par rapport à ce système météorologique. 73 milles séparent ces deux leaders au classement, soit une goutte dos au regard des plus de 10 000 milles qu’il reste à parcourir jusqu’à Barcelone. Pointés aux abord des 54° Sud, les prochaines heures diront si l’élastique se retend dans un sens favorable à la paire Dick-Peyron en route pour remonter vers la prochaine de sécurité du Pacifique…

Rappelons qu’en ce 53è jour de mer, cinq bateaux progressent dans le grand désert liquide en direction du cap Horn. Deux autres concurrents, Groupe Bel et Estrella Damm, sont toujours engagés à terre dans une vaste « opération réparations » avant de reprendre les chemins de la course pour se lancer à la chasse aux leaders dans les règle de l’art d’une régate planétaire qui ne manque décidément pas d’intensité…

A voir : Neutrogena dans le détroit Cook filmé en hélicoptère

Infos de la Barcelona World Race

    Imprimer Commenter Partager

    Une réponse à Les skippers de la Barcelona World Race s’associent à la poupulation de Christchurch

    1. Ping : Les skippers de la Barcelona World Race s'associent à la … | Sailing Valley

    Laisser un commentaire