« L’Homme et la Mer » un festival de photographie au Guilvinec à ciel ouvert !

Résolument tourné vers l’océan, riche d’un tempérament maritime puisé dans le granit de ses côtes et la vitalité de ses marins pêcheurs, Le Guilvinec organise du 15 mai au 15 septembre 2012, une nouvelle édition du festival de photographie en plein air.
Intitulée « l’Homme et la Mer », cette manifestation est ouverte à tous et entièrement gratuite.
Pendant quatre mois, 175 clichés de dix photographes seront sur les murs de la ville.

Plus qu’une exposition, ce festival habillera les murs, les rues, les quais, la criée de la commune de
reproductions d’œuvres de dix artistes, dont celles du photographe de l’agence Magnum Photo, Jean
Gaumy.
Son exposition « Pleine Mer » installée sur les entrepôts du port grâce à des bâches en
grand format, nous fait embarquer pour une campagne de pêche en Atlantique Nord et fait découvrir
avec force l’incroyable puissance de la mer.

Expo Festival de photos-Guilvinec-©-Lionel Flaguel
De quoi faire vibrer en images la période estivale au rythme, aux tons et aux couleurs d’un festival hors cadre dédié aussi bien à l’imaginaire marin qu’à la réalité du travail de la pêche.

Avec ce deuxième festival, la commune entière, où le retour des chalutiers constitue déjà un spectacle
apprécié par tous sur la terrasse de la criée qui accueille l’exposition « Les derniers enfants de la Jeanne
d’Arc », de Raphaël Demaret, devient à la fois le théâtre de la pêche et une galerie d’art à ciel
ouvert en bord de côte.
La nouveauté de cette année sera l’ouverture du parc naturel de Moulin Mer à partir du 24 juin 2012 où Teddy Seguin exposera une série sur les marins du Mozambique, tandis que Jean-Jacques Verlet-Banide nous propose une vision poétique sur la Baie de Douarnenez,;écrin naturel de l’un des grands ports qui ont façonné l’économie de la Cornouaille.

En toile de fond, des rencontres avec les photographes et des projections qui constituent autant  d’opportunités pour encourager une médiation culturelle encore plus directe entre les artistes et le public.

Panorama sur les métiers de la mer nourricière

Au pays où la pêche artisanale constitue aussi bien une activité économique
phare qu’un art de vivre à partager, la programmation de cette seconde édition du festival fait la part
belle aux travaux s’inscrivant dans un style documentaire, social et humaniste.
Les images de Lionel Flageul, saisies sur le vif dans l’intimité des bords de bolincheurs de Cornouaille, d’Espagne et du Portugal, ou encore le reportage de Bernard Cornu sur la mytiliculture dans la baie du Mont Saint-

Michel sont autant d’éclairages sur les travailleurs de l’océan et les métiers de la mer nourricière.
Anikka Bauer nous propose quant à elle deux séries : la première retranscrit l’ambiance des
fileyeurs locaux lors du travail nocturne, la seconde série illustrant le travail des ouvrières dans les
ateliers de mareyage, l’une des nombreuses activités économiques liées à la pêche.

Invitation aux voyages, à la découverte et aux rencontres, la manifestation accueille ainsi des œuvres
de Teddy Seguin qui révèlent l’importance de la mer pour les villages isolés de la côte ouest de l’ile
de Madagascar.
Une série de Catherine Le Goff illustre de son côté le quotidien si exceptionnel des pêcheurs issus de toute la Bretagne qui, à l’instar des Bigoudens, répètent avec une saisissante modernité des gestes ancestraux.
Le travail expérimental de Nicolas Bézard sur l’errance montre sans folklore l’importance de la mer pour la ville aux 1000 mosquées d’Istanbul.

Enfin, les prises de vue du photographe Benoît Stichelbaut, en nous faisant découvrir les charmes
de magnifiques voiliers participant aux rassemblements les plus connus comme Monaco ou Saint-
Tropez, élargit la thématique du festival vers le monde de la plaisance.

Replacés sur les murs des rue du Guilvinec, les tirages de ces travaux picturaux de notoriété
internationale prouvent que la photographie demeure le médium de tous les possibles et de toutes
les promesses : celui qui mêle le mieux la réalité et la fiction pour partager avec le plus grand nombre
une thématique aussi universelle que celle de l’homme et de la mer.

Une rencontre aura lieu avec les artistes le samedi 19 mai
Teddy Seguin, Lionel Flageul etCathy Legoff ce sera à 11H30.
CLC (centre de loisirs et culture)

Comme le souligne Hélène Tanguy , Maire du Guilvinec :

« C’est parce que ses habitants vivaient exclusivement de la pêche que la commune du Guilvinec a vu
le jour à la fin du 19è siècle. La commune doit son existence à leur volonté et leur travail.
Aujourd’hui, riche de cette singularité historique, la commune entretient toujours un lien très fort et
exclusif avec la mer, son port, sa criée, ses bateaux. Elle en est indissociable. Après l’ouverture de la
Cité de la Pêche-Haliotika en 2000, nous souhaitons poursuivre les efforts et initier de nouvelles
actions culturelles pour rendre hommage aux marins pêcheurs qui pratiquent avec beaucoup de
passion et conviction un métier passionnant, mais néanmoins très exigeant…. »

« Le festival l’Homme et la Mer se veut être porteur de la parole de tous les hommes qui, bien qu’ils défendent des savoir-faire traditionnels, n’en sont pas moins résolument tournés vers l’avenir. Cette deuxième édition est là pour le rappeler : la pêche artisanale a un avenir qui repose sur la jeunesse, sur son désir de vivre et travailler sur la mer pour en partager ses ressources et ses mystères. Bienvenus à tous, et bon festival ! »

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Une réponse à « L’Homme et la Mer » un festival de photographie au Guilvinec à ciel ouvert !

    1. jaulin dit :

      Bonjour,

      ma fille de 9 ans doit faire un expose sur la peche en mer au portugal;
      elle recherche des photos traditionnel de marin pecheurs; les coutumes pour la peche et tous ce qui a attrait a la peche
      Si vous avez des sites merci de nous en tenir informer

    Laisser un commentaire