Livre blanc et piraterie maritime : Inquiétudes d’Armateurs de France

 

Le Livre Blanc pour la Défense, qui vient d’être remis au Président de la République, confirme que la lutte contre la piraterie maritime restera dans les années à venir une priorité pour l’action de nos forces armées.
Armateurs de France salue cet engagement nécessaire mais regrette que le document ne reprenne pas les engagements du Gouvernement sur la protection privée embarquée.
Si Armateurs de France demeure profondément attaché à l’action tout à fait remarquable de la Marine Nationale, élément essentiel à la sécurité des équipages et des navires français, notre organisation professionnelle regrette cependant que la question de la protection privée à bord des navires français soit totalement escamotée, contrairement aux engagements du Gouvernement. Cette question est pourtant primordiale, eu égard à l’apparition de nouveaux foyers de piraterie, au large du Nigéria et du Golfe de Guinée, avec de nombreuses attaques sur des navires français.

MSCOr Le Livre Blanc indique seulement que « pour répondre aux besoins de la sécurité du transport maritime, et lorsqu’il n’est pas possible de recourir aux équipes de protection de la Marine Nationale, des solutions appropriées seront étudiées ».

Fin 2012 et à nouveau début avril, le ministre de la Défense puis le ministre des Transports ont pourtant confirmé leur intention d’autoriser les armateurs français à embarquer des équipes de protection privées, lorsque le ministère de la Défense ne peut pas mettre à disposition des militaires. Dans un tiers des cas en effet, les forces armées ne sont pas en mesure de protéger les navires marchands français, faute de disponibilité ou du fait de délais de déploiement sur zone trop longs.

Force est aujourd’hui de constater que le traitement de cette question dans le Livre Blanc de la Défense est loin de correspondre aux promesses gouvernementales et aux attentes des armateurs français. C’est regrettable car dans un contexte ultra-concurrentiel, la France est le seul pays européen, avec les Pays-Bas, à ne pas autoriser les gardes privés. Les entreprises maritimes françaises perdent des marchés, faute de pouvoir garantir en permanence la protection des navires, des équipages et de leurs cargaisons.

Pour Raymond VIDIL, président d’Armateurs de France, « il n’est plus temps de faire des études car tout a déjà été dit et écrit sur ce sujet depuis deux ans. L’absence de protection sur nos navires fait peser une lourde menace sur notre compétitivité et sur l’avenir du pavillon français. »

 « Nous demandons au Gouvernement de tenir ses engagements et espérons que le traitement réservé à la piraterie dans le Livre Blanc n’est pas le signe avant-coureur d’un désengagement de sa part. Il faut maintenant passer des paroles aux actes».

Un communiqué d’Armateurs de France

 

 

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire