« L’océan sous haute surveillance, Qualité environnementale et sanitaire » signé Michel Marchand


Un ouvrage qui  propose à ses lecteurs  « Un bilan de l’état et l’évolution de la qualité environnementale et sanitaire du milieu marin en ce début de XXIe siècle »

Son auteur Michel Marchand remonte le temps

La surveillance de la qualité du milieu marin a commencé il y a juste un siècle, pour contrôler la salubrité bactérienne des coquillages consommés vivants.

Photo A.Cassim
À partir des années 1970, la qualité chimique s’y ajoute.
Dix ans plus tard, un réseau d’observation du phytoplancton toxique et des toxines associées est mis en place. La surveillance du milieu marin est alors axée sur un contrôle sanitaire des coquillages et un suivi environnemental à caractère patrimonial.
En 2000, l’adoption de la Directive cadre sur l’Eau modifie considérablement le concept de surveillance.
Des critères écologiques et chimiques définissent le bon état ou non des eaux.
En 2008, la Directive cadre Stratégie pour le milieu marin étend la veille à l’ensemble des mers européennes. D’autres paramètres sont pris en compte pour évaluer les changements liés à l’évolution du climat et aux effets de la perte de biodiversité marine.
La mer n’est plus vue comme un simple milieu d’usage, c’est aussi un système qui rend des services écologiques et qu’il convient de préserver dans sa globalité.
L’Ifremer est chargé de développer des réseaux de surveillance environnementale et sanitaire des eaux littorales.
Un système d’information unique (Quadrige) assure le stockage des données, leur gestion et leur valorisation. Ce dispositif permet de mesurer l’état et l’évolution de la qualité environnementale et sanitaire des eaux littorales en ce début de XXIe siècle.
Ce livre s’adresse aux décideurs des collectivités territoriales, des administrations et des agences d’environnement ainsi qu’à toutes les personnes soucieuses de leur cadre de vie et de leur santé.

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire