Mini Transat Iles de Guadeloupe

Départ de Lanzarote
direction Pointe-à-Pitre en Guadeloupe avec
2770 milles soit plus de 5000 km à parcourir
63 concurrents en solitaire sur leur Mini 6.50, le plus petit bateau de course au large au monde (6,50m)
Sans assistance et sans communication

Bon départ à 15h10 (HF TU+2) de la 2e étape de la Mini Transat Îles de Guadeloupe
– 63 solitaires ont quitté Lanzarote aux îles Canaries, sous spi dans 25 noeuds de vent de nord-est et une mer agitée, en direction de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe
– Julien Pulvé (Novintiss – S 880) a pris le meilleur départ
En course au large, les bonnes résolutions ne tiennent pas longtemps. Sur les pontons, les coureurs se défendaient tous de vouloir partir pied au plancher. Bateaux plus lourds que la moyenne, nécessité de préserver le matériel étaient autant de bonnes raisons de ménager les machines. Mais l’aiguillon de la compétition a vite repris ses droits : la flotte file grand train emmenée par les leaders qui affichent des moyennes supérieures à 15 nœuds.

Départ de Lanzarote - photo J.Vapillon

Départ de Lanzarote – photo J.Vapillon


Comme attendu, ce sont Davy Beaudart (Flexirub) en prototype et Benoît Hantzperg (YCA – Dhumeaux – Secours Populaire) qui se sont portés aux avant-postes. Mais tous les favoris sont au rendez-vous en ce début de course. Certains ont joué la carte des premiers empannages le long de Fuerteventura, tel Andrea Fornaro (Sideral), pointé en tête des bateaux de série, car le plus proche de la route directe, ou bien Henri Leménicier (LPO – Agir pour la Biodiversité), le premier à avoir choisi de partir à droite de la route.

Pour quelques concurrents, cette deuxième étape ne commence pas sous les meilleurs auspices. Radek Kowalczyk (Calbud) s’est trouvé handicapé par des problèmes de pilote qu’il a pu résoudre grâce aux conseils d’un autre concurrent qui l’a guidé par VHF. Frédéric de Mesel (Double Trouble) a annoncé faire route sur Puerto Calero sans préciser la nature de ses problèmes. Il décidera sur place de la suite qu’il compte donner à sa course.

En attendant, la flotte s’apprête à vivre sa première nuit en mer. Il va falloir négocier le contournement de Fuerteventura avant de faire ses choix. Si tout le monde semble d’accord pour faire route au sud, il s’agit de trouver le bon dosage. Le vent devrait tourner au nord-est dans la nuit, puis viendra l’heure de la première dispersion entre les partisans résolus du sud qui mettront le cap vers les îles du Cap-Vert et ceux qui chercheront à gagner malgré tout dans l’ouest. Il va falloir être à la fois malin tout en laissant son cerveau dans la soute à voiles. La course au large, c’est aussi l’art de cultiver les oxymores.

PFB

– Davy Beaudart, est le vainqueur du classement des bateaux prototypes de la 1ère étape
-et Ian Lipinski  est  le vainqueur du classement des bateaux de série de la 1ère étape

 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire