Nicolas JAROSSAY va tenter la traversée de l’Atlantique en Stand Up Paddle, en totale autonomie.

Nicolas Jarossay a un objectif : être le premier homme à traverser l’Atlantique en Stand Up Paddle. Pour réussir son projet et se préparer au mieux, il s’est d’abord attaqué à la Méditerranée, maintenant c’est la réalité de l’aventure qui prend forme, car c’est ce  samedi 9 avril de la capitale PRAIA qu’il prendra le départ de cette traversée en paddle.
nicolas_jarossay  Photo V.Boret

Pour effectuer ces plus de 5 000 km qui séparent l’Afrique de l’Amérique, une planche de Paddle est spécialement conçue et construite pour cette traversée.

Une surface de 6.5 m de longueur sur 1m de largeur sera l’habitation de Nicolas pendant 75 jours. En complément de cette surface, la planche bénéficie d’un compartiment étanche, de 2.2 m de long x 0.45 m de haut x 0.80 m de large.

Ce compartiment est organisé pour permettre une double utilisation : un rangement pour le matériel technique et la nourriture, ainsi qu’un espace dédié à Nicolas pour qu’il puisse s’y reposer et se mettre à l’abri.

Tout est réfléchi, pensé. Du matériel de navigation et de sécurité embarqué (GPS – balises, combinaison de survie…), à l’eau, la nourriture, les vêtements.

À bord, Nicolas se nourrira exclusivement d’aliments lyophilisés. Il a fait le choix d’embarquer des «des salinisateurs» manuels pour produire son eau douce potable. Avec 3.5 l d’eau déssalinisée à l’heure, des temps de pompage seront aménagés le matin, le midi et le soir.

 

Le routeur, Patrick Favre, sera en lien quotidien avec Nicolas. Il sera son guide, ses yeux, lui indiquant la météo et le cap à suivre.

L’équipe médicale du Dr Coulange, de l’hôpital Ste Marguerite de Marseille, spécialisée dans la médecine et la physiologie subaquatiques et hyperbares et dans la préparation et la survie en mer, réalise la préparation et le suivi médical de Nicolas.

 

Les moyens techniques de Nicolas :

  • une planche de 60 kg,
  • 80 kg de rations de nourriture,
  • 40 kg de matériels techniques,
  • 2 pompes manuelles pour dessaler l’eau de mer.
  • Grace à son dispositif GPS, retrouvez la localisation de Nicolas Jarossay lors de sa traversée.

Pour plus d’infos : http://www.sup-transatlantique.fr/

. 

    Imprimer Commenter Partager

    Laisser un commentaire